Visiter les Pouilles 5 Alberobello Martina Franca

Restons au pays des trulli avec le plus célèbre des villages :
Alberobello

Les trulli dAlberobello, font partie des 50 sites inscrits sur la World Heritage List d’UNESCO. On en compte environ 1 500 dans les quartiers Monti et Aia Piccola, moins touristique mais tout aussi intéressant, et par lequel nous avons commencé la visite.
Si c’était à refaire, nous ferions l’inverse, la partie la plus touristique tôt le matin en y arrivant, puis tranquillement Aia Piccola! Le tourisme a l’air d’y être à la journée, les cars arrivent vers 10 heures, repartent en fin d’après-midi, mieux vaut peut-être passer une nuit dans le secteur pour y être plus au calme en début ou fin de journée ?
De tout le séjour, c’est le site sur lequel il y avait le plus de monde. 

Leur nom vient du terme grec τρούλος, qui signifie « coupole », et qui désigne une particulière méthode de construction qui se servait de pierres sèches, provenant  des roches calcaires des Murges.

Ces impressionnants bâtiments, présents principalement dans la Vallée d’Itria, sont encore utilisés  comme habitations . 

Selon certains chercheurs la construction des trulli remonterait à la moitié du XIV siècle. La méthode de construction à sec, sans mortier, aurait permis aux paysans d’éviter un édit qui imposait des taxes à chaque nouvelle implantation urbaine. Les bâtiments ainsi construits étaient alors identifiés comme constructions précaires, faciles à démolir, et n’y étaient donc pas assujettis.

La base des trulli est circulaire, les espaces intérieurs sont distribués autour de l’espace central. L’épaisseur des murs et la quasi-totale absence de fenêtres assurent un équilibre thermique optimal: de la chaleur en hiver et de la fraicheur l’été. Le toit en forme de cône est couvert de lauses calcaires plates. La clef de voûte était souvent décorée avec des symboles ornementaux. Une corniche servait à la canalisation des eaux pluviales et à leur récupération dans des citernes.

Casa d’Amore, la première « vraie  » maison construite dans le village

l’ église de Saint-Antoine

 Au fil des rues…

les jumeaux

Le plus petit :

Martina Franca

Un peu plus loin, nous allons tout apprendre sur l’huile d’olive et les spécialités locales!

une visite très instructive sur les différents types de pression

Martina Franca est un très bon point de départ pour découvrir la région

une ville placée sous le patronage de notre Saint-Martin de Tours

que l’on retrouve partout!

Le mot Martina dérive de la dévotion des habitants fondateurs de la cité envers Martin de Tours vers l’an 1000. L’adjectif Franca fait référence au statut économique de la ville franche et fut ajouté en 1310 par Philippe Ier d’Anjou.
En 1507, elle devint fief des Caracciolo, qui en firent l’une des capitales du baroque des Pouilles. En 1668, le duc Petracone V Caracciolo fit construire le palais ducal, édifice qui rappelle le style des somptueux palais romains.

d’un palais à l’autre…

des échappées sur les trulli des environs

La basilique San Martino  est dédiée à Martin de Tours.
Cette église a été construite vers 1750 sur le site d’une ancienne église romane qui fut totalement détruite, dans le pur style baroque de l’époque.


10 commentaires

Laisser un commentaire