Lectures Venise La mort à Venise, Mort à la Fenice L’impératrice lève le masque, Intrigue à Venise

 Petite sélection de livres lus en lien avec Venise, pour prolonger le voyage…
Mort à la Fenice de Donna Leon

La mort à Venise, Thomas Mann

trois nouvelles : La mort à Venise
Tristan
Le chemin du cimetière 
Mon avis : trois nouvelles qui vont à l’essentiel. Italie, musique, histoire, art, précision du style, des caractères, de quoi passer quelques heures très agréables de lecture! Et une œuvre qui reste ensuite longtemps dans la tête, une atmosphère, des bribes de phrases que l’on n’oublie pas.
L’envie d’en découvrir ensuite les différentes adaptations, film et musique par Britten…

Donna Leon Mort à la Fenice

1ère enquête du commissaire Brunetti
 Les amateurs d’opéra sont réunis à la Fenice de Venise où ce soir-là, Wellauer, le célébrissime chef d’orchestre allemand, dirige La Traviata. La sonnerie annonçant la fin de l’entracte retentit, les spectateurs regagnent leur place, les musiciens s’installent, les brouhahas cessent, tout le monde attend le retour du maestro. Les minutes passent, le silence devient pesant, Wellauer n’est toujours pas là… il gît dans sa loge, mort. Le commissaire Guido Brunetti, aussitôt dépêché sur les lieux, conclut rapidement à un empoisonnement…

Venise, l’opéra et le roman policier, une série parfaite pour rêver au prochain voyage en Italie, retrouver avec plaisir les ruelles et canaux de Venise, et la bonbonnière de la Fenice que j’ai eu le bonheur de visiter. 
Les coulisses de l’opéra m’ont particulièrement séduites, j’avoue une attention plus poussée envers les lieux décrits de Venise que pour les indices de l’enquête, mais j’ai très envie de lire la suite de la série! 
L’intrigue « tient la route », les personnages sont attachants, un très bon début! 

L’impératrice lève le masque, Nicolas Remin

1862, Venise est sous domination autrichienne, sur lequel règne l’empereur François-Joseph. Un de ses conseillers est retrouvé mort en compagnie d’une prostituée, à bord d’un bateau reliant Trieste à Venise… Le commissaire Alvise Tron, héritier désargenté d’une des plus anciennes familles de l’aristocratie vénitienne, se voit retirer l’enquête qu’il vient de commencer par les autorités militaires et reçoit l’ordre d’oublier jusqu’à l’existence de ce double meurtre. C’est mal connaître cet incorrigible rêveur qui a sa propre conception du devoir, surtout lorsque l’impératrice en personne lui demande de retrouver le coupable, coûte que coûte  .

Mon avis : Une autre facette de Venise, la Venise autrichienne, une autre Sissi aussi… A mi chemin entre polar, roman historique, affaire d’état, un peu biographique autour de l’impératrice également, de quoi donner envie de continuer les avec les autres livres de la série… ou de reprendre un billet pour retourner sur place!

Intrigue à Venise Adrien Goetz

Pénélope, la désormais fameuse conservatrice de Versailles, passe une semaine à Venise pour un savant colloque. Un illustre écrivain français, qui ne publie que sur cette ville, meurt tragiquement. Bientôt, ce sont tous les « écrivains français de Venise », club d’habitude paisible, qui sont menacés. Aidée par son fiancé le journaliste Wandrille, elle se lance sur la piste d’un tableau de Rembrandt que personne n’a jamais vu et qui dormirait quelque part sur une des îles de la lagune. Les plus grands hommes de lettres français commencent à craindre pour leur vie…

Mon avis:
J’avais beaucoup apprécié « Intrigue à Versailles », il y a quelques années, alors je me faisais un plaisir de retrouver Pénélope et encore plus dans le cadre enchanteur de Venise dont je garde un formidable souvenir.

Autant le dire tout de suite, l’alchimie a moins fonctionné. Je me suis perdue au début dans les nombreux personnages, entre vrais écrivains et personnages fictifs, de colloques en meurtres, d’intrigue amoureuse en spoliation des biens juifs, d’art contemporain en bals d’antan…

Et puis une fois le premier cap passé, l’intrigue policière a pris le dessus et la deuxième partie m’a d’avantage séduite.
On sourit parfois (le  colloque sur les « Gondoles, galères et galéasses », des réflexions sur l’art, les écrivains…), on a envie de replonger dans les œuvres de Rembrand ou dans Corto Maltese, dans les ouvrages des nombreux écrivains cités, … et surtout… de retourner à Venise! Bref, la mayonnaise monte et le livre finit par séduire!

Statue Équestre Bartolomeo Colleoni

8 commentaires

  1. il a fallu vraiment que je m'accroche pour passer la première partie,je pense que si le contexte n'avait pas été Venise, j'aurais peut-être bien fait comme toi!Bonne soirée!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s