Rentrée littéraire: Fabrice Caro, Isabelle Carré, Amélie Nothomb, Erri De Luca

Un article groupé pour ces 4 titres de la rentrée littéraire lus ces derniers temps : Broadway, de Fabrice Caro, chez Gallimard , Du côté des Indiens, de Isabelle Carré chez Grasset, Les Aérostats, d’ Amélie Nothomb chez Albin Michel et Impossible, Erri De Luca, traduit de l’italien par Danièle Valin chez Gallimard.

Broadway, de Fabrice Caro, chez Gallimard ,  Du côté des Indiens, de Isabelle Carré chez Grasset,  Les Aérostats, d' Amélie Nothomb chez Albin Michel et Impossible, Erri De Luca,

4 titres très différents pour un ressenti assez similaire, de bons moments de lecture, mais rien de vraiment marquant… un peu du genre vite lu, vite oublié. A moins que ce ne soit moi qui soit dans une phase de lectrice difficile ? Attention, ce ne sont pas des livres à ne pas lire non plus, pas de coup de coeur pour moi, mais pour vous peut-être, vous me direz !

Broadway, de Fabrice Caro, chez Gallimard :

Le narrateur, Axel, 46 ans, marié, père de deux enfants voit sa vie arriver à un tournant. Il vient de recevoir un premier courrier pour le dépistage du cancer colorectal. Un signe de vieillesse qui lui met le moral à zéro. Qu’a-t-il fait de sa vie, de ses rêves ?

A l’heure du bilan, Fabrice Caro choisit l’humour. J’ai souvent souri aux déboires d’Axel. Ses tentatives de drague malheureuses, le rapport aux enfants, à ses voisins… Pas mal de rires, oui! C’est léger, ça se lit le sourire aux lèvres… mais j’ai bien peur que cela ne soit vite oublié. Une petite gourmandise vite dégustée mais un personnage qui ne m’a pas plus que ça emballée.

Du côté des Indiens, de Isabelle Carré chez Grasset


Il y a deux ans, j’avais lu avec plaisir le premier roman d’Isabelle Carré :

Les Rêveurs Isabelle Carré

j’ai retrouvé avec plaisir sa plume dans son deuxième roman.

On y suit Ziad, 10 ans, qui découvre que son père a une aventure avec la voisine du dessus. Le petit garçon découvre que le monde des grands n’est pas toujours très glorieux… Heureusement, il y a les rêves, l’imagination pour égayer un peu tout cela…

J’ai apprécié le début de ce roman autour de cette histoire, voilà qui était bien partit !

Oui, mais voilà que les chapitres se déploient ensuite autour de trop nombreux personnages, autour desquels les drames n’en finissent plus de s’accumuler. Entre harcèlement sexuel décliné à plusieurs niveaux , monde du cinéma, vie familiale complexe, cela part dans de multiples directions et au final, peu sont approfondies. Il y aurait eu de quoi faire plusieurs romans! Au final, ça me laisse un sentiment à la fois de too much et d’inachevé. Dommage, le début et l’écriture m’avaient plus !

Les Aérostats, d’ Amélie Nothomb chez Albin Michel

Le Nothomb de l’année! Un RDV que j’ai repris ces derniers temps , celui là figure plutôt parmi les bons, mais pas inoubliable non plus.

Ange, étudiante en philologie à Bruxelles pas très bien dans sa peau donne des cours à Pie, un lycéen de 16 ans, dyslexique. Si la famille du garçon l’emploie pour l’aider à lire … c’est plutôt sa famille qui est le vrai handicap du jeune homme! La rencontre entre les deux va être riche en prises de conscience, pour l’un comme pour l’autre. Et au delà de la littérature (dont il est beaucoup question dans le roman), c’est une vraie leçon de vie qui se déploie.

Du Rouge et le noir à l’Illiade, on passe en revue pas mal de classiques de la littérature. Les dialogues sont agréables à lire, on passe un bon moment de lecture, mais au final, une fois refermé, je pense qu’il ne me restera pas très longtemps en mémoire.

Mes avis sur les autres romans lus de l’auteure.

Impossible, Erri De Luca, traduit de l’italien par Danièle Valin chez Gallimard.

Impossible raconte les interrogatoires d’un suspect et d’un juge. Le premier est âgé, le second débute. Le suspect est accusé d’avoir provoqué la chute mortelle en montagne d’un ancien compagnon d’un groupe révolutionnaire, qui avait ensuite trahi ses amis.

Une vengeance, quarante ans après ? Un « simple » accident de montagne ? Les interrogatoires tournent à la confrontation philosophique… trop de réflexion pour moi. Il y est question d’amitié, d’engagement, de justice donc, de vérité, du regard porté sur la vie… Le propos est intéressant, mais il m’a manqué d’un peu plus de profondeur concernant chacun. Trop de non-dits pour moi. La joute oratoire entre les deux hommes est forte, mais il m’a manqué quelque chose de plus.

Pour le moment, mon préféré de l’auteur italien reste Montedidio

Broadway de Fabrice Caro, Du côté des Indiens, de Isabelle Carré , Les Aérostats d’ Amélie Nothomb et Impossible Erri De Luca

Voilà donc 4 romans de cette rentrée littéraire que j’ai lu avec plaisir mais sans ce petit truc en plus qui fait que l’on a envie de les relire, de les faire lire à tout le monde! J’attends toujours mon coup de coeur de rentrée!

27 commentaires

  1. En principe, je n’achète rien de la rentrée littéraire, j’attends la sortie de mes préférés en poche.
    Nothomb, je ne lis pas. J’en ai lu deux à dix ans d’intervalle et je ne les ai pas aimés ni l’un ni l’autre.
    Merci pour votre visite sur mon blog, ce qui permet de découvrir celui-ci qui me semble bien intéressant…
    Bonne journée.

  2. Pour la rentrée littéraire, mes biblis font leur travail, j’en ai plein mes étagères. Ou alors, le poche? Mais je ne me précipite pas (plus) sur des nouveautés en librairie (sauf le dernier kingsolver, en poche, d’ailleurs)

  3. Dommage, mais si il y a eu le plaisir de lecture, tout va bien. J’ai dévoré ce dernier De Luca, vraiment aimé. Il faut dire que ce propos philosophique m’intéresse grandement, et que je suis impressionnée par cette façon directe, non verbeuse, de le partager.

  4. Les Aérostats est celui qui me tente le plus adorant l’autrice même si c’est vrai que certains de ses romans ne me sont pas restés en mémoire très longtemps… Reste le plaisir de lire sa magnifique plume 🙂

  5. J’aime bien fabcaro, toujours un bon moment divertissant. J’ai lu 3 de ses oeuvres tout récemment, et quand je lis ce que tu dis sur Broadway, j’ai l’impression qu’il se répète dans ses sujets.
    Isabelle Carré, ce serait par curiosité, mais pas envie de plonger dans une accumulation de drame.
    Amélie Nothomb,, évidemment que je l’ai acheté et lu le jour de sa sortie. J’ai beaucoup aimé, sans avoir de coup de coeur néanmoins. A voir ce qu’il en restera dans ma tête dans quelques temps. mais j’ai vraiment apprécié les passages liés à la littérature et les dialogues aux petits oignons.
    Quant à « Impossible »… et bien pourquoi pas !

  6. tu es rapide dis donc !Le Carré, je me contenterai des Rêveurs que j’ai… Le Fabcaro, j’attendrai qu’il me tombe dessus 😉 De Luca je veux bien ! Et Nothomb non … comme toujours.

Laisser un commentaire