Saison 2019 2020 Théâtre Olympia CDN Tours

Que voit-on au théâtre Olympia cette saison ?

A l’heure de la rentrée, et de l’ouverture des abonnements, c’est le moment de se plonger dans l’alléchante brochure de saison!

15 spectacles à découvrir, dont 12 sont créés cette saison, de Tours à Strasbourg, autant dire, créations, découvertes et curiosité!

On notera tout d’abord les créations « maison » : L’île des esclaves de Marivaux, mis en scène par Jacques Vincey avec les comédiens de l’ensemble artistique du Théâtre olympia , accompagné d’un épilogue écrit collectivement pour l’occasion qui devrait faire le lien entre asservissements d’hier et d’aujourd’hui… , l’intrigant Nickel, par Mathilde Delahaye, artiste associée au TO, mais aussi Monuments hystériques de Vanasay Khamphommala en tournée à partir d’avril 2020.

Dans la série, plaisir de retrouver des équipes connues, j’irai découvrir La très bouleversante confession de l’homme qui a abattu le plus grand fils de pute que la terre ait porté parce que derrière ce titre à rallonge se cache le collectif NightShot dont j’avais apprécié le NOUS ALLONS VIVRE au festival WET et dans lequel on retrouvera des anciens du JTRC, je suis curieuse de découvrir leur nouveau projet!

PIÈCE D’ACTUALITÉ N°9 DÉSOBÉIR avait enthousiasmé les lycéens l’année dernière au TO (et pas qu’eux!) cette année, nous continuerons avec Pièce d’actualité 12 : du sale ! de Marion Siéfert.

De même, parce que Dark Circus avait été un véritable coup de coeur, je me manquerai pas Stellaire, du duo Stereoptik, dont la créativité et la poésie m’avait charmée.

Et puis, Balzac est à l’honneur à Tours cette année ( Le curé de Tours Balzac cloître de la Psalette ; Illusions perdues Balzac, château de Tours, Balzac à Saché ), alors pourquoi ne pas découvrir « Les nouveaux aristocrates », d’après la fille aux yeux d’or de Balzac ?

Après LA RÉUNIFICATION DES DEUX CORÉES ,l’année dernière, on retrouvera l’écriture de Joël Pommerat (ça ira 1, fin de Louis) avec Contes et légendes, autour de l’adolescence, avec parents, enfants et … androïdes.

Côté liens entre les salles tourangelles, le choeur de l’opéra de Tours participera à Nous, l’Europe, banquet des peuples, tandis que Projet Newman d’Amine Adjina sera en co-accueil avec la Pléiade de la Riche et qu’une intrigante version des Bonnes de Jean Genet sera co-accueillie avec le centre chorégraphique national de Tours.

A découvrir aussi Rien ne se passe jamais comme prévu, mis en scène par Lucie Berelowitsch, inspiré de L’oiseau de feu, La république des abeilles (les deux premiers à voir en famille) ou encore Vents contraires de Jean-René Lemoine, Amitié avec entre autres des textes de Pasolini et Berlin mon garçon de Marie NDiaye mis en scène par Stanislas Nordey.

Bref, une saison qui fait la part belle aux textes contemporains et à la création, alors, soyons curieux, et à vos agendas! (et n’oubliez pas de noter le week-end du festival WET fin mars!)

Toutes les informations sur les différents spectacles sont ici : http://cdntours.fr

Laisser un commentaire