Les Brumes De Riverton Kate Morton

traduit de l’anglais (Australie) par Hélène Collon

 Eté 1924, dans la propriété de Riverton. L’étoile montante de la poésie anglaise, lord Robert Hunter, se donne la mort. Dès lors, les soeurs Emmeline et Hannah Hartford, seuls témoins de ce drame, ne se sont plus adressé la parole.
1999. Une jeune réalisatrice décide de faire un film autour de ce scandale et s’adresse au dernier témoin vivant, Grace Bradley, à l’époque domestique au château.

Mon petit mot

J’avais beaucoup aimé de la même auteure

cela faisait un moment que celui-là trainait dans ma PAL, il était temps de l’en sortir!

On retrouve un peu le même principe, deux époques alternées,  le passé qui ressurgit, les souvenirs qui se réveillent, l’importance accordée à l’arrière-plan historique et social, c’est une belle peinture de la société des années 30, du monde des domestiques en particulier, on s’attache très vite aux personnages et à l’univers dans lequel ils évoluent.

L’Angleterre de l’après première guerre mondiale est à une période de changement, entre conservatisme des uns et émergence d’une classe moyenne qui met en avant d’autres valeurs et un autre mode de vie.

Et puis il y a les questions de mémoire, du temps qui passe, des deuils douloureux…

Un petit peu moins captivant que La scène des souvenirs, mais une lecture qui confirme mon envie de continuer à lire cette auteure!

6 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s