Girl – Edna O'Brien

Girl, roman de Edna O’Brien, publié chez Sabine Wespieser , septembre 2019

Traduit de l’anglais (Irlande) par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat

Girl roman d’ Edna O’Brien

Où je continue à rattraper mes chroniques en retard de la rentrée littéraire d’automne avant de vous faire partager quelques belles découvertes de ce début d’année côté roman !

Girl fait partie de ces romans qui m’ont longtemps fait hésiter et que je ne regrette pas d’avoir lu!

S’inspirant de fait hélas réel (les jeunes lycéennes enlevées par Boko Haram en 2014) Edna O’Brien relate l’histoire d’une jeune nigériane, enlevée et mariée de force à un djihadiste. Du choc à la survie, sans pathos, avec une force de vie extraordinaire, on découvre une jeune femme combattante, qui ne baisse jamais les bras. Maryam , une jeune étudiante qui aimait les mots, la nature… et qui bascule en enfer.

A ses côtés, d’autres femmes, violées, lapidées, des enfants aussi, enrôlés, réduits en esclavage. Un roman très sombre, mais dont l’écriture prend suffisamment de distance pour rester « lisible ».

Et puis un jour, miraculeusement, elle parvient à s’échapper, avec son enfant né entre temps. Et c’est là que le roman prend à mes yeux tout son sens. Car le retour dans sa communauté est glaçant. Elle est la déshonorée, la honte de sa famille… Le viol comme arme de guerre, la condition des femmes, les horreurs d’hier et d’aujourd’hui…

Un livre important pour ne pas oublier, pour ne pas les oublier.

Un roman de la dénonciation tout autant que de la résilience…

Un livre que l’on n’oublie pas.

Et cela me donne envie de lire d’autres titres d’ Edna O’Brien . Vous en avez d’autres à me conseiller ?

cover photo, L’image contient peut-être : texte

12 commentaires

  1. J’en suis aussi encore à des lectures d’automne, bientôt celle de l’hiver ;). Ce titre m’interpelle, j’y viendrai. Je peux hélas pas te conseiller, pas encore lu l’auteure ( avec un livre qui m’attend déjà dans la Pal… )

  2. J’ai eu un peu de mal avec l’écriture. L’histoire est terrible mais je ne suis pas arrivée à entrer complètement dans le roman.

  3. Histoire très dure effectivement mais ce qui me fait hésiter c’est l’écriture froide, qui tient à distance. Bien sûr, c’est important de ne pas tomber dans le pathos, mais entre les deux, il doit bien y avoir un moyen de montrer de l’empathie.

  4. Peut-être un titre pour entrer enfin dans l’univers d’Edna O’Brien dont j’ai noté le nom en lisant « Pourquoi écrire ? » de Philip Roth : ce recueil comporte un entretien avec elle et mentionne trois de ses oeuvres : « Mère Irlande », « Un coeur fanatique » et « Virginia, une pièce de théâtre ».

Laisser un commentaire