San Perdido , David Zukerman

Calmann levy
La couverture m’avait attirée, des avis enthousiastes chez les lecteurs des « 68 premières fois » m’ont convaincue et j’ai beaucoup apprécié cette lecture!

San Perdido  David Zukerman

Direction le Panama, dans les années 50, et cette ville de San Perdido, ou plutôt sa décharge, son bidonville, son monde d’en bas qui survit comme il peut, les dockers, les prostituées du port, les enfants ou vieillards qui fouillent les immondices… tandis qu’en haut, autour du palais du gouverneur, entre corruption, manipulation et faux-semblants, certains sont près au pire pour se faire une place au soleil.

Dans ce décor contrasté (un roman très visuel, on est vraiment plongé dans les lieux!) , apparait un jour Yerbo, un orphelin, noir aux yeux bleus, muet, à la force herculéenne, issu d’une communauté d’anciens esclaves noirs, les Cimarrons, qui vivent désormais cachés à la lisière de la décharge.
Nous allons suivre son destin, au service des opprimés, qu’ils soient femmes violentées, victimes du système corrompu, un justicier de l’ombre qui laissera une forte empreinte dans sa ville.

On suit autour de lui le destin de nombreux personnages de la ville, qui permettent d’en saisir toutes les nuances et qui marquent la mémoire.
Si Yerbo est muet, c’est à travers les voix de son entourage que l’on comprend peu à peu d’où il vient et pourquoi il agit ainsi.
C’est aussi l’occasion de découvrir quelques aspects de l’histoire du pays, l’après construction du canal, la présence de différentes communautés, américains, anciens esclaves…

Bref, un très beau premier roman, à découvrir sans hésiter!

14 commentaires

  1. Enfin une lecture \ »Amérique Centrale \ » alors que j en cherche à une semaine du départ pour le Costa Rica! Peut être en as tu d autres z recommander

  2. HelloTu as su susciter ma curiosité avec ce roman. J'aime les livres où à travers une histoire , il y a aussi un attrait culturel ou historique. Je trouve la couverture magnifique en plus !Bises

Laisser un commentaire