Marx Et La Poupée Maryam Madjidi

Le nouvel Attila janvier 2017

Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris.

« Je ne suis pas un arbre, je n’ai pas de racines. »

Mon petit mot

Une nouvelle belle découverte côté premier roman!

Il y a les parfums, la cuisine du Liban d’avant… la peur, la violence, la religion, mais aussi la grand-mère et la chaleur du foyer.

Il y a l’exil.
Quitter ses jouets, donner ses poupées…
Etre libre ici, pouvoir grandir en femme moderne…
Il y a le 15m2 en France, l’école, la CLIN, et le conflit entre les racines et le présent.
La langue, les mots. La poésie.

On redécouvre toute leur importance et leur pouvoir. Parler la langue d’ici, perdre celle de là bas?
Avoir honte du français de ses parents, refuser d’apprendre à lire et écrire la langue d’hier, avant d’y revenir, bien plus tard.
La difficile construction identitaire, ici l’Iranienne, là bas la française…

Le texte entremêle les souvenirs , passé , présent, « déterrer les morts » pour ne pas les oublier, ni leurs combats,  une belle fresque!

Merci à Babelio!

logo-challenge-rentree-litteraire-janvier-2017-micmelo-litteraire dames de lettres

3 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s