Laver les ombres Jeanne Benameur

Lea danse, jetée à corps perdu dans la perfection du mouvement. Elle est chorégraphe par nécessité. Lea aime, mais ne peut s’abandonner à Bruno, peintre de l’immobile. En pleine tempête, elle part vers l’océan retrouver sa mère, celle qui s’est toujours tue

Une (sombre) histoire familiale nous entraîne de l’Italie à la France, de la guerre à l’époque contemporaine.
Du point de vue de la mère à celui de la famille, nous sont livrés des secrets de famille, entre tempête sur la côte et déchaînement des sentiments, langage du  corps et libération de la parole.
Il y a aussi le rapport aux mots, à la langue, aux livres….  et à la musique avec en particulier Les suites pour violoncelle de Bach qui reviennent comme un fil conducteur.
Le rapport au corps de la danseuse, à celui du modèle du peintre , au corps vieillissant de la mère, au corps maltraité de la prostituée…  L’amour… l’abandon…
Un roman intense qui marque ma première rencontre avec cette auteure, j’ai apprécié!

8 commentaires

  1. Si c'est ta première rencontre avec Jeanne Benameur et que tu as aimé, il faut que tu lises tous ses autres romans !!! Je te recommande vivement Les demeurées et Profanes !!!

    J'aime

  2. J'ai essayé de lire un roman de cet auteur (je ne me souviens plus du titre) et j'ai refermé au bout d'une vingtaine de pages sans avoir accroché. Je suis bien tentée de retenter avec ce roman-là. Peut-être que cela me permettra de revenir sur cette rencontre ratée!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s