La chambre des merveilles Alfonso Mateo Sagasta

La chambre des merveilles d’Alfonso Mateo Sagasta   Rivages Thriller
El gabinete de las maravillas

 
Traduit de l’espagnol par Denise Laroutis

Deuxième volet des aventures d’Isidoro Montemayor, ancien soldat, correcteur, gazetier et héros haut en couleurs de Voleurs d’encre.
Madrid, 1614. Gonzalo Escondrillo, archiviste du marquis de Hornacho, a été assassiné dans la bibliothèque de ce dernier. Gonzalo était également responsable du « cabinet des merveilles» du marquis, pièce secrète destinée à recueillir tout ce que le vaste monde, que les Espagnols sont en train d’explorer, comporte de plus extraordinaire.
Mon avis : 
Un cabinet de curiosité, un attrait pour les monstres en tout genre et les personnages difformes, entre religion, inquisition, hérésie  nous sommes tout de suite plongés dans un univers bien particulier qui fait pour moi l’attrait principal de ce livre.
De nombreuses références artistiques, littéraires et culturelles sont déployées en parallèle des indices de l’intrigue policière, et moi qui envisage un petit séjour à Madrid et en Castille cette année, j’avoue que c’est ce que j’ai préféré dans cet ouvrage, tout comme les détails donnés sur la vie quotidienne, l’habillement… d’avantage que l’enquête en tant que telle.
Cette dernière est pourtant bien menée, et je ne m’attendais pas à cette supercherie, mais j’ai été plus intéressée par la recherche de photos des œuvres d’art citées plus que par son déroulement.
Parmi celles-ci, Le pèlerin (ou Le Vagabond, Le Colporteur, Le Fils prodigue,) du peintre néerlandais Jérôme Boschr , entre 1490 et 1510.

Le personnage est en train de choisir le chemin de la vertu, clos par une barrière à droite, plutôt que celui de la débauche qui conduit vers la maison sur la gauche, à l’enseigne de cygne, associée à la prostitution.

10 commentaires

  1. c'est Voleurs d'encre, il a l'air intéressant également: Dans le Madrid du Siècle d'Or, Isidoro Montemayor supervise un tripot où viennent s'encanailler de nobles dames. L'établissement appartient à son maître, Francisco Robles, qui est par ailleurs éditeur et emploie aussi Isidoro comme rédacteur-correcteur. Robles ne décolère pas. Il a publié le Don Quichotte ; mais un certain Alfonso Fernandez De Avellaneda vient de sortir au nez et à la barbe de Cervantès une suite au chef-d'oeuvre.Une suite qui n'est autre qu'un livre à clés, diffamatoire envers plusieurs personnalités, dont Cervantès lui-même. Décidé à découvrir qui se cache derrière ce pastiche, Robles envoie Isidoro à la recherche d'Avellaneda.Une enquête picaresque au coeur de grandes oeuvres littéraires, dont les pages peuvent receler de brûlants secrets. A condition de savoir les interpréter…

  2. Pourquoi pas ?? je note car je ne connais pas, et ce que tu en dis m'attire !! j'ai toujours été fascinée par les cabinets de curiosités !!

  3. Je pense que la partie artistique de ce livre devrait te plaire, on y parle de nombreux tableaux, par contre, peut-être que comme moi, la partie enquête, un peu moins!Bonne journée!

Laisser un commentaire