No et moi Delphine De Vigan

Après les heures souterraines et rien ne s’oppose à la nuit, j’avais envie de continuer un bout de chemin avec Delphine de Vigan  et No et moi

Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.

Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle.
Mon avis : Des choses terribles dites d’une façon si légère… On ne tombe pas dans le pathos, le côté moralisateur, cela reste très léger, avec des descriptions, des réflexions, des formules qui restent en mémoire….
Et puis les personnages des mères, la violence que l’on devine à demi-mot, des mots qui ne sont pas employés mais qui apparaissent bien dans l’esprit du lecteur…
 

Un commentaire

Laisser un commentaire