Echo Vanasay Khamphommala Théâtre Olympia

Echo, de Vanasay Khamphommala , spectacle vu au Théâtre Olympia, CDN de Tours, avec Caritia Abell, Natalie Dessay, Pierre-François Doireau, Vanasay Khamphommala

Echo, de Vanasay Khamphommala , spectacle vu au Théâtre Olympia, CDN de Tours, avec Caritia Abell, Natalie Dessay, Pierre-François Doireau, Vanasay Khamphommala voix
© Pauline Le Goff

Après , Vénus et Adonis ou encore MONUMENTS HYSTÉRIQUES et Orphée aphone / Invocation à la muse c’est toujours un plaisir de retrouver la nouvelle création de Vanasay Khamphommala. Un plaisir auquel s’ajoute ici celui de retrouver sur scène Natalie Dessay (grand souvenir de Und BARKER / VINCEY/ DESSAY et Certaines n’avaient jamais vu la mer – Julie Otsuka) .

Pour mémoire : Dans ses  Métamorphoses, Ovide relate la jalousie de Junon (Hera) trompée par son époux Jupiter (Zeus). Plusieurs fois sur le point de le prendre en faute, elle est distraite par Écho, qui l’entraîne dans d’interminables bavardages. Junon condamne alors la nymphe à perdre la parole : il lui sera seulement possible de répéter les derniers mots qu’elle vient d’entendre. Alors quand Echo tombe éperdument amoureuse du beau Narcisse, elle ne parvient pas à lui avouer son amour, ne pouvant que répéter les derniers mots qu’il prononce. Consumée par le chagrin, elle devient une des grandes figures du désespoir amoureux… Et alors que dans le précédant spectacle au TO ( Le Crocodile trompeur / Didon et Énée), on autopsiait la reine de Carthage morte d’amour, si cette fois on enterrait tout chagrin d’amour ?

La compagnie le Lapsus Chevelü, et son identité trans affirmée, s’interroge et croise les genres pour mieux nous inviter à nous interroger sur nos représentations du chagrin et de la honte, de l’amour et de la beauté… et qui sait, nous proposer peut-être d’en finir avec les chagrins d’amour ? S’il était temps de leur survivre ? De libérer la parole ?

En écho à Echo, la nymphe privée de sa voix, il y a le propre chagrin d’amour vécu par Vanasay Khamphommala, il y a la chanteuse que l’on empêche de chanter, l’homme à qui on ne répond plus, et toutes les variations possibles autour du mythe déclinées à l’infini. Vont-elles retrouver leur voies-voix ? Leur dignité ? En attendant, les mots seront écrits, par l’intermédiaire du clavier de Théophile Dubus, entre humour et réflexion. Et quand enfin résonneront les voix chantées de Natalie Dessay dans Mozart et de Vanasay Khamphommala pour porter celle du Laos dont son père est originaire, l’émotion ne sera pas loin…

Mais il y a surtout tous les précédents spectacles de Vanasay Khamphommala qui s’y déploient en filigrane : dans l’équipe qui l’entoure, dans des éléments de la mise en scène, de la scénographie, d’un petit chien à des paillettes, et dans les thématiques bien sûr. On se rend compte alors qu’au fil des années, depuis son premier spectacle à Tours en 2014, nous avons eu beaucoup de chance de voir se déployer ainsi une artiste singulière et précieuse.

Entre performance et musique, rituels et rires, sadomasochisme et visuels qui resteront en mémoire ( comme une tombe qui respire…) c’est une proposition assez hypnotisante, un hymne à toutes les formes d’amour et un bon moyen de découvrir l’univers de Vanasay Khamphommala si vous ne connaissez pas encore !

Et il est bien possible que vous en sortiez en fredonnant « Partir un jour… » (ou Monteverdi, mais c’est quand même plus difficile!) tout en douceur et sourire aux lèvres!

Echo, de Vanasay Khamphommala , spectacle vu au Théâtre Olympia, CDN de Tours, avec Caritia Abell, Natalie Dessay, Pierre-François Doireau, Vanasay Khamphommala chant
photo Pauline Le Goff

Echo Vanasay Khamphommala au Théâtre Olympia

Toutes les infos et réservations : ici C’est à voir jusqu’a vendredi au TO !

Un projet de Vanasay Khamphommala, Dramaturgie et textes Vanasay Khamphommala, Collaboration artistique Théophile Dubus et Paul B. Preciado, Musique et son Gérald Kurdian, Scénographie Caroline Oriot, Lumières Pauline Guyonnet, Costumes Céline Perrigon avec Ophélie Parmentier, Habillage Marion Montel, Régie générale Charlotte Girard, Régie son Antoine Layère, Régie lumière Michèle Milivojevic, Administration production *KIND – Kelly Angevine, Production diffusion Olivier Talpaert – En votre compagnie

Avec Caritia Abell; Natalie Dessay, Pierre-François Doireau, Vanasay Khamphommala, et la participation de Théophile Dubus et Gérald Kurdian, et la participation des amateurs Clément Lemaire, Damien Dumont, Shiloh Lcomte, Sam Clain, Laura Certosio,Yagaré Kouyate et Agathe Montigny                

Un spectacle à retrouver ensuite à:

BORDEAUX – TnBA – 18>22 octobre

BLOIS – la Halle aux Grains – 6>7 décembre

AMIENS – Maison de la Culture – 13>14 décembre

PS : et pour retrouver la rue du Petit Cupidon, c’est ici : Balade Street Art à Tours avec MifaMosa

2 commentaires

Laisser un commentaire