La transparence du temps de Leonardo Padura

 La transparence du temps de Leonardo Padura, roman paru aux éditions Métailié, en 2019. Traduit de l’espagnol (Cuba) par : Elena Zayas

La transparence du temps de Leonardo Padura

Un roman choisi à la fois pour Cuba et pour la mention du milieu de l’art sur sa 4ème de couverture, et que j’ai beaucoup aimé!

C’est la première fois que je lisais un roman de Leonardo Padura, je ne connaissais donc pas son enquêteur Mario Conde, mais cela ne m’a pas gênée du tout , on peut le lire indépendamment sans suivre l’ordre de la série policière.

Conde va avoir 60 ans, et cette perspective lui fait se poser de nombreuses questions, à la fois sur sa vie et sur la situation à Cuba. J’ai trouvé cet arrière-plan très intéressant, de la vie quotidienne aux différents quartiers de la Havane, des questions de migrations à celles économiques, au quotidien des Cubains de différentes classes sociales. Le regard porté sur l’homosexualité, la communauté asiatique, une multitude de thèmes est abordée au fil des pages. A mettre en lien avec un spectacle vu au festival d’Avignon qui donnait un bel aperçu de l’histoire et de la culture cubaine GRANMA, LES TROMBONES DE LA HAVANE Stefan Kaegi Rimini Protokoll et qui m’avait confortée dans mon envie de (un jour!) découvrir cette île de contrastes et de remplir ma PAL de livres s’y déroulant, dont celui-ci.

Rien que pour cela donc, cela valait la lecture! Mais l’intrigue n’est pas en reste : lors d’un cambriolage, une Vierge noire a été volée. Il semblerait d’abord qu’elle soit une reproduction de la Vierge noire de Regla, très célébrée à Cuba. Mais Conde découvre rapidement qu’elle a bien plus de valeur que ce qu’on veut lui faire croire au départ. Il s’agit en fait d’une statue très ancienne, qui a déjà beaucoup voyagé…

En remontant son histoire, et le temps, on va découvrir l’Espagne de 1936 puis du Moyen-Age, la Terre-Sainte, tout un périple historique qui m’a passionnée! C’est dense, c’est un roman qui demande un peu de concentration, mais au final, ce n’est pas loin du coup de coeur pour moi!

Et en prime à la fin, une réflexion sur la recherche historique et l’écriture, intéressante elle aussi! Bref, c’était ma première lecture d’un roman de Leonardo Padura, mais ce ne sera pas la dernière!

La transparence du temps de Leonardo Padura, pour la rubrique littérature d’Amérique du Sud

Une participation au challenges de lecture Amérique du Sud , objectif PAL et mois du Polar ainsi qu’au challenge P’tit bac catégorie Météo

32 commentaires

  1. Ah oui celui-là a l’air bien aussi. Faut que j’essaie de le trouver en espagnol !

  2. je n’ai toujours pas commencé j’ai pourtant 2 romans de cet auteur qui m’attendent depuis des lustres « L’homme qui aimait les chiens » et « Hérétiques » je n’arrive pas gérer le temps et les tentations en ce moment 🙂

  3. J’ai lu Les brumes du passé ! Un livre très intéressant aussi. J’aurais voulu avoir le temps de lire un Padura pour le mois de la littérature sud-américaine mais … c’est déjà le mois de la littérature de L’Est. Donc ce sera pour une prochaine fois ! Je retiens ce titre.

  4. Bonsoir Eimelle, si tu as aimé La Transparence du temps, tu ne pourras qu’aimer les romans précédents. J’ai découvert Padura avec Les brumes du passé : un roman excellent. Bonne soirée.

  5. Je n’ai toujours pas lu Padura, ce n’est pourtant pas faute de le voir sur les blogs ! J’espère y arriver un jour.

  6. Lu autrefois d autres livres de Pandora avec ou sans Mario Condé. Je suis justement en train de lire Hérétiques qui se déroule à La Havane avec Condé mais aussi à Amsterdam en 1640 avec Rembrandt.

Laisser un commentaire