L'art du meurtre Chrystel Duchamp

Après La femme révélée de Gaëlle Nohant, deuxième lecture coup de coeur de cette rentrée littéraire d’hiver 2020 avec L’art du meurtre de Chrystel Duchamp! Cela fait du bien d’enchaîner des lectures réussies!

Roman paru aux éditions de l‘Archipel

L’art du meurtre Chrystel Duchamp :

Tout commence par la découverte d’un cadavre, dans une mise en scène aussi sordide qu’artistique dans un luxueux appartement des beaux quartiers parisiens.

Franck Tardy, avocat à la retraite, collectionneur d’art, fréquentait les clubs sadomasochistes parisien. Un lien peut-être avec cette mort tragique ? Mais peu après, le corps d’un autre amateur d’art est retrouvé, lui aussi soigneusement mis en scène … Un tueur en série artiste ? A chercher dans le monde de l’art « performance » ?

Autant dire que le lieutenant Audrey Durand n’est pas au bout de ses surprises et nous non plus ! Le suspense perdure très longtemps et la fin est bien trouvée, j’ai été conquise !

Et surtout, j’ai beaucoup aimé cette immersion dans le monde de l’art contemporain et dans le milieu des collectionneurs. On redécouvre des tableaux (j’en ai d’ailleurs cherché sur internet pour mieux imaginer les fameuses scènes de crime inspirées des oeuvres d’art citées), on y cherche nous aussi des indices, entre enquête policière et visite virtuelle de musée !

On s’interroge à la fois sur la représentation de la mort, de la violence, de la souffrance dans l’art , mais aussi sur les performances de l’art contemporain, où des artistes s’en prennent à leur propre corps et repoussent de plus en plus loin les limites… Un monde qui dérange, qui fascine, qui repousse, très bien dépeint dans ce roman. De Jérôme Bosch ou Picasso à Chris Burden ou Piotr Pavlenski ou Paul McCarthy et Orlan, des dizaines d’oeuvres pourraient être annexées à ce thriller très bien documenté!

En prime, l’enquêtrice, pas très bien dans sa vie perso, est très attachante, tout comme les personnages de son équipe, si ce roman était le premier d’une série policière, je continuerai volontiers à suivre ses aventures !

Bref, ce L’art du meurtre de Chrystel Duchamp est un coup de coeur !

challenge rentrée littéraire janvier 2020

8 commentaires

  1. Intéressant ! Je viens de lire un livre très différent mais où les meurtres sont aussi en rapport avec l’art (surréaliste) et qui pose la question : les surréalistes aimaient-ils les femmes ? En tout cas, ils les représentaient souvent comme des objets, en morceaux, dans leurs oeuvres. Ici, je vois qu’il est question des performances et c’est vrai que, dans certaines, le corps est mortifié, méprisé. Et, dans ce cas-là, je n’aime pas. Soit, cela me fait penser à la religion médiévale et aux formes de mortifcation que les religieux et croyants devaient s’imposer (fanatisme ) soit à une forme de sado-masochisme qui me révulse.

Laisser un commentaire