Hiroshima mon amour Marguerite Duras Fanny Ardant

Spectacle Hiroshima mon amour d’après Marguerite Duras avec Fanny Ardant, vu au Nouvel Atrium à Saint-Avertin

Dans mes sorties théâtre en Touraine, cette salle m’était encore inconnue, il m’aura fallu cette attirante affiche associant Fanny Ardant et Marguerite Duras pour découvrir son bel environnement sur les bords du Cher (prévoir de revenir se balader dans le coin!)

Voix off : Gérard Depardieu Adaptation et Mise en scène : Bertrand Marcos Lumières Patrick Clitus

Hiroshima mon amour Marguerite Duras Fanny Ardant théâtre

Fanny Ardant et Marguerite Duras

Il y a des associations qui semblent évidentes. Le phrasé, la diction… oui, cela semble évident. Qui mieux que Fanny Ardant pour porter les mots de Marguerite Duras ?

Seule en scène, avec cette présence si forte, si magnétique, elle nous entraîne en un instant dans cet hôtel d’Hiroshima en 1957…

Une femme, comédienne, y passe une dernière soirée avec son amant japonais avant de regagner Paris. Petit à petit, elle se confie, et du drame de la ville japonaise, glisse vers son drame personnel.

Judicieusement, c’est la voix-off de Gérard Depardieu qui est l’amant, (presque psychanalyste) et cette présence- absence offre un bel écrin au jeu de la comédienne. On replonge dans la seconde guerre mondiale, ses victimes collatérales, de Nevers à Hiroshima… L’amour, la résilience, les atrocités de la guerre, l’impossible oubli… les thèmes qui traversent l’oeuvre sont forts et toujours pertinents.

Le texte de Marguerite Duras prend vie, ses ruptures, ses répétitions, tout semble couler de source et d’une clarté parfaite, évident, oui.

La mise en scène est très sobre, un fauteuil, quelques notes de musique, juste ce qu’il fat pour mettre en valeur les mots…

C’est vraiment le théâtre qui m’aura fait aimer Marguerite Duras, dont mes lectures lycéennes m’avaient laissé un souvenir mitigé. D’Isabelle Adjani dans Roma à Ils n’ont rien vu, chorégraphie inspirée du même Hiroshima mon amour par Thomas Lebrun qui m’a laissé des images très fortes en tête, voilà une nouvelle adaptation mémorable!

Un seul regret… c’est court! 50 minutes de spectacle, j’en aurais volontiers pris le double!

Pour avoir eu la chance de voir plusieurs fois Fanny Ardant sur scène, je réserve toujours mon coup de coeur à son interprétation de Cassandre où elle m’avait bouleversée

Cassandre d’après Christa Wolf Fanny Ardant Festival Avignon 2015

D’autres spectacles vus autour de Marguerite Duras

BÉRÉNICE Jean RACINE Célie PAUTHE Césarée Marguerite Duras théâtre Olympia

La Musica deuxième – Marguerite Duras #off18

ILS N’ONT RIEN VU THOMAS LEBRUN

I SMÈNE / ROMA Isabelle Adjani Micha Lescot #FDA17 Musée Calvet

6 commentaires

  1. Une magnifique actrice, je l’imagine bien disant ce texte de Duras. Je vais aller lire ton billet sur La Musica II qui m’a laissé un grand souvenir.

Laisser un commentaire