Les prénoms épicènes – Amélie Nothomb

éditions Albin Michel

Les prénoms épicènes - Amélie Nothomb

Le Nothomb de l’année!

Après quelques années sans en lire, un peu déçue, j’ai repris depuis l’année dernière mes RDV avec la dame au chapeau et cet opus là, sans être inoubliable est plutôt dans les bons!

J’ai eu pourtant du mal à passer le cap des premières pages, quelque chose dans l’écriture me gênait, entre trop simple et avec des personnages caricaturaux, et puis l’histoire m’a embarquée avec cette adolescente pas aidée par ses parents !

Le roman décline les relations parents-enfants, mais traite aussi d’ambition, d’ascension sociale, et de couples disfonctionnels.
Il y est aussi question d’amitié, de personnages qui se mettent en veille pour mieux mûrir une vengeance, et d’un étrange poisson, le cœlacanthe « Il existe un poisson nommé cœlacanthe qui a le pouvoir de s’éteindre pendant des années si son biotope devient trop hostile : il se laisse gagner par la mort en attendant les conditions de sa résurrection. Sans le savoir, Épicène recourut au stratagème du cœlacanthe. »

Quant aux prénoms épicènes qui donnent leurs titre aux romans il s’agit de ceux comme Claude ou Dominique, indifféremment masculin ou féminin.

La citation « La personne qui aime est toujours la plus forte. »

Les dix-sept valises, Isabelle BARY

14 commentaires

  1. J'aime bien Amélie Nothomb parce qu'elle écrit des romans très courts et abracadabrants, presque des romans de gare mais qui sont un prétexte à utiliser les mots. Et ça, c'est unique!

Laisser un commentaire