La Tentation d’être heureux Lorenzo MARONE

C’est partit pour le mois italien!
Plusieurs lectures communes prévues, voir ici
et l’on commence aujourd’hui avec le thème « paru en 2016 » :

Belfond
Traduit par Renaud TEMPERINI
Parution le 01 septembre 2016

Dans un vieux quartier napolitain, il y a un immeuble. Dans ce vieil immeuble, il y a des habitants qui ont toujours été là. Il y a Mme Vitagliano, la dame aux chats ; Marino, que la mélancolie a cloué à son fauteuil.
Et puis il y a Cesare Annunziata, soixante-dix-sept ans et une colère intacte.Et voici qu’un jour débarque un jeune couple. Et très vite résonnent les échos de violentes disputes.
Que faire quand soir après soir vous tremblez pour la voisine ? Et si, en tentant de sauver la jeune femme, Cesare se sauvait lui-même ? Et s’il était temps de baisser enfin la garde ?

Mon petit mot

Cela commence presque comme une comédie, un vieil homme plutôt acariâtre qui semble en vouloir à la terre entière, et à sa famille en premier, des personnages hauts en couleur autour de lui, une plume légère, le graphisme même de la couverture… je m’attendais à un vent d’optimisme, de légèreté, mais l’auteur nous conduit très vite ailleurs.

Certes, les piques ou pensées acerbes prêtées à ce « papy Daniel » franchement désagréable par moment, ou incroyablement lucide à d’autres, font sourire, mais l’on passe vite au-delà.
Drame familial, à plusieurs niveaux. Ses relations avec ses enfants, les secrets autour de son épouse disparue, ses propres lâchetés et renoncements, et puis, le couple de voisin qui arrive…

La fin du roman m’a d’ailleurs plutôt déstabilisée.
Beaucoup de questions sont posées. Peut-on être vraiment heureux en tournant le dos aux autres?
Mais au contraire, peut-on vraiment aider quelqu’un? A ouvrir les yeux, à se libérer d’une emprise, d’un secret… Se donner bonne conscience ? Être réellement utile ? Ou au contraire être envahissant, en faire trop, ou pas assez?

Une vie ne m’a pas suffi pour apprendre à tendre la main sans trembler.  

Les choix du héros (anti-héros ? ) font réagir. Et nous, qu’aurions-nous fait? Pour cette voisine, mais aussi dans le cercle familial?

Bref, je m’attendais à rire, je me suis surprise en pleine séance d’analyse psychologique, mais cela fonctionne aussi !

Aux âmes fragiles, qui aiment sans s’aimer.

Et puis il y a Naples, son bruit, ses odeurs, sa promiscuité, sa cuisine, ville qui donne un cadre bien agréable à ce roman! Alors profitons des plaisirs de la vie!

Dans le cadre des challenges :

6 commentaires

  1. J'ai hésité devant ce roman en librairie hier, mais ce que tu en dis me convainc complètement, notamment les questions qu'il pose. Je le note (ça commence bien, ce mois va être très mauvais pour mes finances !). Excellent week-end !

    J'aime

  2. J'aime bien les romans psychologiques, mais j'ai souvent plus de mal avec les romans comiques, alors comme ça a l'air plutôt de pencher côté comédie …

    J'aime

  3. C'est toujours amusant de voir comme la même lecture peut émouvoir de façons si différentes! Je te remercie d'avoir partagé cette lecture avec moi!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s