Nous serons des héros, de Brigitte Giraud

En ce début des années soixante-dix, Olivio et sa mère viennent de fuir la dictature portugaise. Ils s’installent dans une banlieue lyonnaise et emménagent bientôt chez Max, un rapatrie d’Algérie, avec qui ils espèrent un nouveau départ. Alors que Max accepte mal l’adolescent, Olivio se lie a Ahmed, un immigre algérien de son âge, auprès de qui il trouve tendresse et réconfort.

Mon petit mot

Un tout petit livre lu d’une traite, un joli portrait d’adolescent.

La mort de son père, l’exil, le déracinement,  l’arrivée en France, un beau-père, une famille recomposée, l’amitié auprès d’un autre immigré…
Que reste-t-il quand tous les repères éclatent?
La langue, la culture, tout est à réapprendre…  et quel lien garder avec le passé? Comment revenir ensuite en vacances au Portugal devant ceux qui sont restés?

Une page de l’histoire du Portugal, Salazar, la révolution des œillets, une page de l’histoire de France… mais surtout un très joli portrait!
On s’attache à ce jeune Olivio, à son petit chat , une écriture sensible, précise, qui confirme que j’apprécie décidément beaucoup cette auteure… un seul regret peut-être… trop court!

Dans le cadre du

3 commentaires

  1. J'ai regardé récemment \ »L'Europe des écrivains\ » consacré au Portugal et me suis dit que décidément, je ne connais pas beaucoup l'histoire de ce pays si proche…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s