Le premier Jardin de Anne Hébert

Flora Fontanges, une actrice vieillissante, retrouve, à la faveur d’un engagement dans la pièce de Samuel Beckett, Oh ! les beaux jours, son Québec natal.

Mon petit mot

C’est à un étrange voyage que nous convie  Anne Hébert : dans une ville, dans le passé d’une femme, dans le passé d’un pays, dans le passé de multiples femmes…

A travers le retour de Flora à Québec, c’est l’histoire de cette région qui nous est racontée : elle retrouve la ville de son enfance marquée par une tragédie, l’arpente en tout sens et plutôt que d’affronter ses propres fantômes elle commence par évoquer ceux de la ville.

Ainsi, des premiers pionniers Louis Hébert et Marie Rollet aux « filles du Roi » envoyées peupler la région  en passant par les employées de maison, on découvre l’histoire de Québec.
Et puis l’on arrive à l’histoire propre de l’héroïne, les drames du passé, mais aussi sa relation avec sa fille, le tout sous fond de théâtre avec des personnages qui ont des échos avec sa propre vie.

et ce drame personnel rejoint une nouvelle fois la grande histoire, puisque c’est d’un fait réel dont s’est inspirée l’auteure, l’incendie de l’hospice Saint-Charles le 14 décembre 1927 qui fit 28 victimes.

Le bateau avec lequel Flora a quitté Québec

 Une auteure que je découvrais et dont je continuerai à lire d’autres titres avec plaisir!


Dans le cadre du 

 

16 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s