Tours quartier du théâtre préfecture hôtel Mame …

Des photos trainant dans la carte mémoire de l’appareil, prises au printemps dernier il me semble, pour une fois , j’avais mon appareil photo dans le sac en allant à Tours, et un peu de temps avant une représentation au théâtre, l’occasion de jouer un peu les touristes dans ce quartier.
Je vous avait déjà parlé des deux théâtres : l’opéra de la rue de la scellerie, et le centre dramatique régional rue de Lucé et de ce quartier vu d’en haut

 
Les toits et théâtres de Tours

Place aujourd’hui à la version pédestre depuis le parking près de la rue nationale jusqu’au CDRT (avec quelques détours!), le ciel était gris, mais jouer les touristes près de chez soi, c’est très agréable!

rue Emile Zola Tours

Quand au fil d’une rue, l’architecture change…

 en vert ou rouge…

 

Que l’on aperçoit de beaux frontons au dessus d’un portail…

 Rue Emile Zola Tours

et l’hôtel particulier qui apparait rue Emile Zola

 il s’agit de l’hôtel Mame

  Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis .
source culture.gouv.fr

Cet hôtel particulier a été construit de 1768 à 1770 par l’architecte Pierre Meusnier pour Gilles Lefebvre, marchand tourangeau. Il a été racheté en 1834 par Ernest Bidault et acquis en 1872 par Alfred Mame, imprimeur-éditeur, qui lui a donné son nom. 
 
L’hôtel se compose de trois bâtiments élevés autour d’une cour rectangulaire : l’hôtel entre cour et jardin, les communs et une construction du 19e siècle. 
 
Le bâtiment principal présente un corps central à quatre pilastres à chapiteaux corinthiens, et un fronton rompu dont la base s’orne d’une figure allégorique du commerce. Les fenêtres sont encadrées de chambranles moulurées à crossettes avec, sur les clés, des décorations en rocaille. Le bâtiment des communs est traité dans le même esprit, mais au décor plus simple.
 
 A l’intérieur, le grand escalier est muni d’une rampe en fer forgé et bronze. Cette rampe présente, au centre de chacun de ses panneaux, dans un encadrement de rinceaux et de guirlandes, des scènes de chasse en bronze avec chiens, sangliers, oiseaux… 
Pour découvrir les intérieurs : culture Tours Au rez-de-chaussée, trois pièces sont ornées de boiseries.
 
 
 

Dans la même rue Emile Zola, un autre bel hôtel particulier, plusieurs de ces immeubles du XIX ou du début du XX sont classés à l’inventaire des monuments historiques

le 12  rue Emile Zola fut construit entre 1940 et 1941 pour R. Gouin afin d’y installer une banque, l’architecte en est Maurice Boille

 un autre, qui abrite la galerie Jenson

La rue du CDRT théâtre olympia

rue de Lucé, entre architecture ultra contemporaine, hôtels particuliers et maison à pan de bois qui semble tout droit sortie du Moyen-Age….

A l’angle de la rue de Lucé et de la rue Emile Zola : l’Hôtel de Granboulan Source culture

Hôtel entre cour et jardin construit entre 1840 et 1854 pour monsieur Antoine Luzarche d’Azay et Adélaïde Jeanne Plancher son épous  inventaire monument historique

et en poursuivant la balade dans ce quartier, quantité de petits détails dans l’architecture.. devant lesquels on passe bien souvent sans les remarquer!

Un peu plus loin dans le quartier, d’autres maisons à pan de bois

 
 

Quand des styles très divers se côtoient, autour de la préfecture de Tours

suite de la balade dans le quartier

derrière le grand théâtre

temple protestant

saint grégoire des minimes

chambre de commerce

3 commentaires

Laisser un commentaire