Ravello

Après Amalfi et Scalla, en passant par la vallée du dragon, troisième et dernier arrêt de notre journée consacrée à la découverte de la côte amalfitaine : Ravello.
Contrairement à Amalfi ou Positano, la ville n’est pas située sur la côte, mais perchée dans la montagne, entre oliviers et citronniers, et offre… en tant normal… un panorama formidable sur la baie de Salerne…
A notre arrivée, coté météo, cela s’annonçait moins pire que prévu…

Ravello

Mais cela n’a pas duré!Le méchant nuage nous a hélas rattrapé!
Vite, profitons de la vue!

Vue de Ravello

 Histoire sans parole ou presque, quatre clichés en quelques instants à l’arrivée à Ravello…, la vue sur la baie, les cultures d’agrumes, les petites maisons disséminées à flanc de montagne… et l’arrivée d’un gros nuage peu sympathique!

 Ce dernier paysage « légèrement » brumeux sera celui qui nous accompagnera à la découverte de cette belle cité, dans une atmosphère bien particulière! 
Villa Rufolo
En dépit de cela, les villas Cimbrone et Rufolo et leurs jardins ont bel et bien beaucoup de charme !

La Villa Cimbrone, édifiée autour du XI ème siècle, et transformée au début du XX ème par un lord anglais, Lord Grimthorpe , offre un jardin aux multiples facettes, entre cloître et végétation luxuriante, tandis que la villa Rufolo, construite au XIII par la famille du même nom, qui était à l’époque une des plus riches de la ville, présente un étonnant cloître à deux étages, et des jardins tout aussi merveilleux!

Villa Cimbrone Ravello
et au moins, nous n’aurons pas les mêmes photos que celles que l’on trouve sur toutes les cartes postales…
cloitre Ravello
Il n’y a plus qu’à remplacer le gris par le bleu de la mer et par celui du ciel!

Lieu de séjour de nombreux musiciens comme Richard Wagner Ravello est devenu un lieu incontournable pour la musique classique, à travers son festival estival tout particulièrement.
Le site du festival www.ravellofestival

festival de Ravello

Pour en savoir plus sur la ville, à lire ici :  http://www.ravellotime.it
Richard Wagner arrive à Ravello au printemps 1880, accompagné de son décorateur, le peintre Joukovsky. A 1’époque le grand musicien allemand travaillait à la composition du Parsifal et il est évident que le jardin de Rufolo a joué un rôle de première importance dans la création magique du jardin de Klingsor. Fait qui, par contre, est témoigné aussi par une déclaration autographe de Wagner lorsqu’il écrivit, dans le registre des visiteurs de la ville le 26 mai 1880: «Le jardin magique de Klingsor est trouvé».
Du reste, aussi les inventions chorégraphiques du Peer Gynt, compose par le norvégien Edvard Grieg qui séjourna à 1’hòtel Toro, doivent beaucoup aux bois, aux jardins et aux grotte mystérieuses de Ravello. La vocation musicale des lieux est confirmée par la présence et les réapparitions continue d’Arturo Toscanini, de Bruno Walter, de Leonard Bernstein et de Mstilav Rostropovich.

2 commentaires

  1. Super les 4 photos qui montrent la progression des nuages… bon d'accord après c'est un peu brouillé mais Ravello a l'air superbe et c'est encore un site à noter dans mes tablettes. Par contre, n'étant pas du tout wagnérienne, le festival ne me fait pas rêver, ouf, un rêve de moins, cela frise l'encombrement !!!

    J'aime

  2. et au moins avec ce temps gris, cela me donne un bon prétexte pour y revenir un jour : y voir le fameux paysage des cartes postales!et si cela peut te fournir un prétexte aussi… pour le festival, il n'y a pas que Wagner… !bonne soirée!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s