Le moine noir Anton Tchekhov Kirill Serebrennikov

Le moine noir, d’après Anton Tchekhov, texte et mise en scène de Kirill Serebrennikov, spectacle vu au festival d’Avignon 2022, cour d’honneur du Palais des Papes

Pour retrouver tous les spectacles chroniqués au festival d’Avignon cette année, mes coups de coeur et mes conseils, c’est ici : Quels spectacles voir au festival d’ Avignon OFF programme sélection et incontournables et Que voir au festival d’ Avignon 2022 (in) ?

Le moine noir, d'après Anton Tchekhov, texte et mise en scène de Kirill Serebrennikov, spectacle vu au festival d'Avignon 2022, cour d'honneur du Palais des Papes
photo Krafft Angerer

Le moine noir, d’après la nouvelle fantastique d’Anton Tchekhov, texte et mise en scène de Kirill Serebrennikov.

Voilà un spectacle qui était très attendu dans la Cour d’honneur cette année! En partie bien sûr en raison de la personnalité de son metteur en scène, l’artiste dissident russe Kirill Serebrennikov, qui vit désormais à Berlin après avoir été longtemps assigné à résidence à Moscou, mais surtout pour sa scénographie grandiose remodelée pour la cour d’honneur. Et au lendemain de ce spectacle, je sais qu’il en restera longtemps certaines images en mémoire…

Andreï Kovrine, jeune professeur de philosophie, surmené, part se reposer à la campagne chez son vieil ami Péssôtski dont toute la vie est consacrée à ses arbres et ses plantes. Il envisagerait d’ailleurs volontiers d’unir son invité à sa fille Tania, pour qu’elle puisse assurer la continuité du jardin… Mais, hanté par les visions du fantôme d’un moine noir, Kovrine bascule peu à peu dans la folie et entraîne son entourage dans sa descente aux enfers.

Les points de vue des 4 principaux protagonistes sont proposés les uns après les autres, de quoi creuser au maximum leurs interrogations sur la liberté, le droit au bonheur, la « normalité, la folie aussi… au fil des quatre parties de la pièce. Si ce choix a de quoi surprendre et dérouter un peu, l’aspect très chorégraphique du spectacle, mais aussi les chants, les projections sur les murs du palais, permettent de relancer l’attention quand elle commence à faiblir un peu… j’avoue avoir eu des moments de décrochages dans les parties centrales, avant que le final ne vienne achever la soirée de belle manière!

Et puis, ce début de festival, il y avait le Mistral pour s’imposer comme un personnage de plus et faire lui aussi entendre son point de vue, un des charmes de la Cour d’honneur! Et cela allait fort bien à ce Moine Noir…

Avec une troupe internationale et de nombreux chanteurs et danseurs, c’est une belle ouverture de festival!

photo Christophe Raynaud de Lage

Le moine noir au festival d’Avignon

infos et réservations : ici

Avec Filipp Avdeev, Odin Biron, Bernd Grawert, Mirco Kreibich, Viktoria Miroschnichenko, Gabriela Maria Schmeide, Gurgen Tsaturyan
Les chanteurs Genadijus Bergorulko, Pavel Gogadze , Friedo Henken, Sergey Pisarev , Azamat Tsaliti , Alexander Tremmel, Vitalijs Stankevich et les danseurs Tillmann Becker, Arseniy Gordeev, Andrey Ostapenko, Laran, Ilia Manylov, Andreï Petrushenkov, Ivan Sachkov, Daniel Vliek

Texte Kirill Serebrennikov d’après Anton Tchekhov, Mise en scène, scénographie Kirill Serebrennikov, Collaboration à la mise en scène et chorégraphie Ivan Estegneev, Evgeny Kulagin Musique Jēkabs Nīmanis Direction musicale Uschi Krosch Arrangements musicaux Andrei Poliakov Dramaturgie Joachim Lux Lumière Sergey Kuchar Vidéo Alan Mandelshtam Costumes Tatiana Dolmatovskaya  Assistanat à la mise en scène  Anna Shalashova Traduction en français pour le surtitrage Daniel Loayza, Macha Zonina Traduction en anglais pour le surtitrage Lucy Jones

Vus également dans le festival IN cette année:

Gretel, Hansel et les autres au Festival d’Avignon

4 commentaires

  1. Je n’ai pas lu que des bonnes critiques à propos de ce spectacle dont on dit qu’on s’y ennuie un peu

Laisser un commentaire