le bal des folles Victoria Mas

Rentrée littéraire 2019 Albin Michel

Petite précision tout d’abord, qui semble utile par rapport à d’autres avis lus sur ce livre : je n’ai pas lu La salle de bal avec lequel il est souvent comparé (il est dans ma PAL), je partais donc avec un regard neuf sur le sujet et j’ai apprécié celui ci sans réserve !

Pour son premier roman, Victoria Mas nous entraîne dans le Paris du  XIXe siècle au cœur de l’hôpital La Salpêtrière , où régnait le Docteur Charcot, et son travail sur l’hystérie en particulier.

Nous suivons le destin de plusieurs femmes qui y sont internées, ainsi que d’une employée de l’hôpital. Et ce récit historique fait froid dans le dos.

Internées d’office parce que « gênantes » pour leur famille, trop libres, pas assez silencieuses ou soumises, victimes de viol, d’agressions, épileptiques, les « hystériques », sont pour la plupart des femmes qui dérangent et qu’il faut cacher… et le traitement qu’on leur réserve dans l’hôpital aurait de quoi rendre folle les plus équilibrées de toutes.

Coupées de leur famille, privées de tout, elles sont soumises aux expérimentations des médecins. Sous couvert de recherche médicale, leur corps devient objet d’étude, d’expériences, en public, les transformant en bêtes de foire pour la bonne société parisienne. Entre attirance et répulsion, curiosité malsaine et rejet, « les folles » sont étudiées, et exhibées une fois l’an pour un bal donné au sein de l’hôpital, qui donne son titre au roman.

Très différentes les unes des autres, on s’attache très vite aux héroïnes , et à leurs histoires dramatiques. Les personnages masculins sont en revanche plus odieux les uns que les autres, il n’en est au final qu’un, le frère d’une des internées, pour apporter une petite note d’espoir!

Un texte fort sur la condition des femmes de l’époque et les dérives de la médecine-spectacle qui permet de remettre en avant ces femmes, à ne pas oublier !

15 commentaires

  1. Il m’attend sur une étagère, je crois que je vais le lire dans peu de temps… J’ai lu et aimé La salle de bal, mais j’essaierai de l’oublier le temps de ma lecture. 😉

  2. Oups, cette lecture m’a laissée de côté, assez rapidement. J’ai été déçue par le binaire du propos et le peu de développement du contexte. Mais effectivement, le dénonciation est efficace. ( pas encore lu La salle de bal non plus )

  3. Ce sujet m’a toujours passionnée et révoltée. Je lirai donc celui-ci et j’ai déjà lu La salle de bal. La maison du docteur Blanche de Laure Murat est aussitrès intéressant même si les femmes enfermées ne sont qu’un thème parmi les autres.

  4. Ce thème m’intéresse énormément et j’ai donc noté ce roman de la rentrée, j’attends mon tour dans les réservations de la bibliothèque 😉 Bon weekend 🙂

Laisser un commentaire