La débâcle – Romain Slocombe

Editions R. Laffont rentrée littéraire 2019

Voilà un livre qui me laisse un avis contrasté….

Cela avait bien commencé : pour relater les tragiques événements de juin 1940 qui ont poussé sur les routes de France des milliers de familles et de soldats fuyant les combats ou l’arrivée des Allemands, l’auteur choisit de suivre alternativement des protagonistes très différents, des tirailleurs sénégalais à la grande bourgeoisie, l’occasion de dresser un tableau plutôt complet de la période.

On suit ainsi des soldats, des familles, des arrivistes en tout genre dont les liens avec la politique et l’économie permettent d’aborder de multiples thèmes.

C’est très dense, bien documenté, on se prend au jeu de se demander qui va s’en sortir, comment, et quels sont les liens entre les uns et les autres qui apparaissent peu à peu.

Des souvenirs familiaux sont remontés en mémoire, les évocations de cette période par ma grand-mère, mon arrière grand-mère, une émotion particulière à combler avec ce roman des lacunes de leur récit…

Et puis, chapitre après chapitre, c’est hémoglobine à gogo avec une multitude de détails sanguinolents qui m’ont fait fuir. Bien sûr que la période est tragique, mais en quoi ces passages sont-ils utiles au lecteur ? Effet totalement inverse à celui escompté sur moi, je me suis forcée à aller quand même au bout, en lisant bon nombre de paragraphes en diagonale. Certains dialogues m’ont semblé peu crédibles dans les façons de parler des uns et des autres.

Bref, très intéressant historiquement parlant, mais pas convaincue par les choix narratifs, dommage!

A retenir si vous voulez en savoir plus sur cette période complexe, il y a des descriptions très intéressantes, un panel de personnages qui permet une approche très large, à voir si cela l’emportera sur le reste en ma mémoire dans quelques temps….

4 commentaires

  1. Quel dommage en effet ! Je passe, d’autant que l’auteur m’a déjà déçue avec  » Un été au Kansaï « , il ne me reste pas grand chose de cette lecture qui m’a semblé longue.

Laisser un commentaire