Les étonnantes aventures du merveilleux minuscule Benjamin Berlin Julien DUFRESNE-LAMY

Actes Sud Junior, février 2019

Les étonnantes aventures du merveilleux minuscule Benjamin Berlin Julien DUFRESNE-LAMY

L’année dernière, je découvrais un peu par hasard, grâce à l’enthousiasme d’une amie blogueuse :

Les Indifférents, de Julien DUFRESNE-LAMY


un roman qui fut un coup de coeur!

Alors quand cette année Julien DUFRESNE-LAMY propose un roman jeunesse, je n’ai pas hésité une seule seconde !

Nous faisons la connaissance du jeune Benjamin Berlin, ou BB qui souffre de sa petite taille, mais qui s’est découvert un don à la fois enthousiasmant et inquiétant : la télépathie.
Il lui suffit de toucher quelqu’un pour entendre ses pensées…

Pour une jeune garçon, si, quand il s’agit d’histoires de cadeaux ou d’espionner sa soeur, cela peut être très agréable, percevoir les pensées des adultes peut être beaucoup plus dérangeant, qu’il s’agisse de problèmes de violence dans un couple de voisins ou des pensées de ses propres parents.

Alors qu’il commence à apprivoiser son don, changement de vie au programme avec un déménagement au Japon où nous allons le suivre pendant une année particulièrement intense, entre immersion dans un nouveau pays (de quoi donner des envies de voyage aux grands et de combler les amateurs de mangas et autres jeux vidéos), rencontres, et travail de ses pouvoirs magiques en compagnie de deux jeunes japonais dotés eux aussi d’un don particulier.

J’ai beaucoup aimé cette histoire, elle devrait plaire aux ados et à de quoi plaire aussi aux grands!
Entre dépaysement et magie, mais surtout psychologie et empathie, une belle histoire.

Et la fin appellerait bien une suite, entre un mystère restant autour du personnage de la tante, et une colonie à suivre, je serai tout à fait partante pour lire de nouvelles étonnantes aventures de ce merveilleux Benjamin Berlin!

Comme un Jean-Philippe Blondel, l’auteur passe avec la même réussite d’un genre à l’autre, ados ou adultes, tout le monde y trouvera son compte!

7 commentaires

  1. C'est assez amusant d'ailleurs car à l'époque de Plotin, la vraie connaissance mystique, celle de Dieu, se faisait par le toucher, alors que toute une tradition philosophique voulait que les métaphores de la connaissance passent par la vue.

Laisser un commentaire