Avec toutes mes sympathies, Olivia de Lamberterie

stock

Avec toutes mes sympathies Olivia de Lamberterie

Après un trop plein d’auto-fiction, d’auto-introspection et autre auto-analyse qui font les beaux jours de l’édition, j’ai eu besoin d’une phase « lectures dépaysantes et polars », bref, d’histoires où le « je » de l’auteur disparaissait, loin de cette désagréable sensation de voyeurisme que j’avais parfois eu et de cette envie de dire à l’auteur : et aller voir un psy, ce ne serait pas mieux ?

J’ai refait une tentative avec celui là dont j’ai lu du bien sur des blogs amis : l’auteure a commencé à écrire après le suicide de son frère, elle tente de remonter le fil du « pourquoi »et commence à évoquer la vie d’après.
Et dans le genre, il est très réussi!
Une vraie plume, qui permet à l’émotion de gagner le lecteur et de sortir de l’auto-centré.

Olivia de Lamberterie est critique littéraire (Elle, Télématin), son frère la poussait à écrire, et il aura fallu cette tragique disparition pour qu’elle franchisse le cap.
Elle revient sur leur enfance, leur adolescence, à la recherche des premiers signes du trouble de son frère, puis ses premières tentatives de suicide, jusqu’à la fin.
On la suit à Montréal, où il habitait et on découvre le sens du titre, cette expression « avec toutes mes sympathies » étant leur formule de condoléance.

« Lire répare les vivants et réveille les morts ».
L’auteure puise de la force dans de nombreux livres qu’elle cite garde dans ses mots son frère encore un peu présent et l’on regrette avec elle qu’il ait disparu si vite. 

 Bref, un texte qui me réconcilie avec le genre!



Les dix-sept valises, Isabelle BARY

15 commentaires

  1. \ »Lectures dépaysantes et polars\ » me plaisent aussi beaucoup à certains moments (le plus souvent) à conditions toutefois qu'elles soient réussies et non oiseuses. Peut-être que ce livre autour de la vie et de la mort me plairait beaucoup. J'ai bien adoré par exemple \ »Enfants des Feurs\ » d'une romancière d'origine chinoise qui parle des funérailles de sa mère en Chine et parle de sa relecture de son passé

  2. Je fuis l'autofiction sauf quand elle est très bien écrite. Je ne crois pas être tentée par celui-ci malgré toutes les bonnes critiques.

Laisser un commentaire