Barbara, roman de Julie Bonnie #RL2017

Grasset,

Barbara est née Monique Serf. La chanteuse illustre est une création, une extension d’elle-même. Pendant des années, elle s’est cherchée, elle a tourné autour de son personnage.
De l’enfant juive cachée pendant la guerre à la création de la chanson Nantes, comment est-elle devenue Barbara ?

Mon petit mot

Attirée par le nom de Julie Bonnie sur la couverture, dont j’ai apprécié les précédents romans,
Alice et les orties Julie Bonnie illustré par Robin Feix

Mon amour, de Julie Bonnie
Mon amour, de Julie Bonnie
Chambre 2 Julie Bonnie

j’ai ouvert ce livre par curiosité et de bribes de phrases saisies, un « piano-papier » en particulier m’ont convaincue de le lire!

Nous sommes encore loin ici de la longue dame brune à succès, c’est la petite Monique que nous découvrons, et cette enfance sombre qui percera ensuite si souvent dans ses chansons et son attitude.

Le roman alterne entre « je » et « elle » avant qu’un piano devienne narrateur au moment où Monique devient Barbara, avec « Nantes ».

Si je connaissais, hélas, le drame de l’inceste, j’ignorais la petite fille juive cachée-trimballée dans toute la France pendant la guerre, et tous les déboires familiaux, jusqu’à la saisie du fameux piano par les huissiers.

Et j’ignorais surtout la pianiste cachée en elle, de ces touches crayonnées sur un piano, refuges, portes-ouvertes sur une liberté rêvée , accompagnant les mélodies d’ailleurs de la grand-mère, jusqu’aux premières scènes.
Enfance, adolescence, puis premiers pas de celle qui se rêve chanteuse mais qui doit d’abord se reconstruire, nous suivons sa famille en France, puis son errance en Belgique où des premières rencontres capitales vont lui ouvrir des portes musicales, jusqu’à Brel et Chevalier.

Brel lui écrit « Sur la place », Chevalier lui ouvre une scène…

Trouver sa route, trouver sa voiX, trouver son répertoire, « Je veux chanter, moi aussi. Je veux prendre les gens dans mes bras, avec ma voix.« , les émouvoir aussi. découvrir l’impact d’un texte, le silence tout à coup d’une salle attentive, émue, les réactions de ses premiers spectateurs.

Le roman s’arrête quand Barbara devient celle que nous connaissons, et que nous connaitrons désormais mieux, grâce à ce texte.

Et qui mieux que la musicienne Julie Bonnie pour se glisser dans l’ombre de ce personnage?

Bref, dans le foisonnement des hommages à Barbara cette année, celui  là apporte un angle intéressant!

6 commentaires

  1. j'aime beaucoup Barbara mais bizarrement je n'irai pas voir le film de Mathieu Amalric par exemple. Pourquoi ne pas me laisser tenter par ce roman en revanche. Je note dans un coin de ma tête 🙂

  2. Les chansons de Barbara me touchent profondément. Je ne suis pas vraiment tentée par en savoir davantage de sa vie. Pour l'instant, j'hésite à voir le film.

  3. ici on est plus dans le roman que dans la vraie biographie, on pourrait presque le lire sans savoir qui est Barbara, c'est un opus très réussi je trouve!

Laisser un commentaire