Titus n’aimait pas Bérénice Nathalie Azoulai

La Bérénice de Nathalie Azoulai veut comprendre comment un homme de sa condition, dans son siècle, coincé entre Port-Royal et Versailles, entre le rigorisme janséniste et le faste de Louis XIV, a réussi à écrire des vers aussi justes et puissants sur la passion amoureuse, principalement du point de vue féminin.


Mon petit mot

C’est en découvrant ce livre en format poche en librairie que je me suis souvenue que le grand format dormait dans ma PAL!
Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ce roman, je craignais que l’histoire d’amour contemporaine ( qui ne m’a pas vraiment emballée d’ailleurs, je serais bien restée uniquement dans la partie historique même si je comprends l’idée des parallèles tissées ) prenne le pas sur Racine, il n’en est (heureusement ) rien!

Nous plongeons dans le siècle de louis XIV, de Marly à Versailles, des fastes aux guerres, de La Fontaine à Vauban…  pour mieux forger une biographie romancée de Racine.

De son enfance à la fin de sa vie, un très beau portrait!
Les tiraillements psychologiques, la religion, le jansénisme, les femmes, religieuses ou comédiennes, tant d’amour divers, mais surtout l’amour des mots, de la langue, les heures passées à retoucher un vers, à faire sonner la langue, la rivalité avec Corneille, … on redécouvre ces textes les plus célèbres côté coulisses, c’est très intéressant, on en apprend sur l’homme, sur l’époque, et sur la langue et sur cet auteur qui plaçait les femmes aux rôles titres, Bérénice et Phèdre en tête.

Pas d’inquiétude à avoir si on ne connaît pas bien ses oeuvres, l’ouvrage est accessible et donne envie d’en lire et relire.

objectif pal

8 commentaires

  1. Ce fut un de mes coups de coeur de l'année dernière. J'ai eu l'impression de vivre un moment hors du temps avec cette très belle promenade dans la vie de Racine. Et comme tu l'écris, pas besoin de connaître les oeuvres de Racine pour apprécier.

Laisser un commentaire