Presagio de Andrea Molesini

Traducteur : Dominique Vittoz ,  Editions Calmann-Lévy. Janvier 2016

À la veille de la Première Guerre, la clientèle cosmopolite de l’Excelsior, un palace du Lido vénitien, brille de ses derniers feux sous le regard aigu de son directeur, Niccolò Spada. La belle Margarete von Hayek, ressortissante autrichienne et cliente de l’hôtel, attire particulièrement son attention.

 Mon petit mot

De cet auteur, j’avais beaucoup aimé

Tous les salauds ne sont pas de Vienne

je n’ai donc pas hésité beaucoup à ouvrir celui là, d’autant plus que le cadre géographique comme historique m’attire tout particulièrement : Venise, à la veille de la guerre de 1914.

Nous sommes sur Le Lido. Un hôtel de luxe, une clientèle aisée et cosmopolite. Un directeur ayant  réellement existé, tout comme cet hôtel. Une marquise mystérieuse…

Tout pourrait n’être que calme, luxe et volupté, mais voilà que l’actualité s’en mêle… l’Europe bruisse de toute part… qui va être mobilisé? Quels pays vont entrer en guerre? Entre ces convives attablés ensemble, de différentes nationalités, lesquels risquent demain de se retrouver à combattre l’un contre l’autre?
Et que va devenir ce palace si la clientèle le déserte?

Le roman se concentre sur ces quelques jours du basculement, à la fin du mois de juillet et au début du mois d’août.
Durant cette attente, le temps est comme suspendu. Partir? Rester?
On ne peut plus que nouer que d’éphémères relations, entretenir de brèves liaisons. Alors, la petite histoire se glisse dans la grande.
Apparait alors la charismatique Margarete. Elle nous entraîne dans une autre Venise. L’asile. L’île des fous.  Elle est déjà d’un autre temps. Libre. Jusqu’au bout.

Il y a aussi le monde des rêves, et bien sûr Venise et sa lagune…
Bref, une deuxième rencontre réussie avec cette auteure!

L’hôtel aujourd’hui, et Venise dans le fond…

dans les années 1920

On pense aussi à l’île de Poveglia, toute proche du Lido, où fut bâti, en 1922, un hôpital psychiatrique, désormais en ruines.

4 commentaires

  1. Le Lido à la Belle Époque me fascine… Ton article est très intéressant et me donne encore plus envie de découvrir ce livre dont j'attendais la parution. Ils ne l'ont pas encore à la médiathèque, je vais peut-être me résoudre à l'acheter 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s