La première main de Rosetta Loy

  • La prima mano, Milano, Rizzoli, 2009.
  • La Première Main, Paris, Mercure de France, 2007.

Traduction : Françoise Brun

C’est avec ce texte, très personnel que je découvre Rosetta Loy.

Elle y relate son enfance tout d’abord, petite dernière d’une famille aisée dans l’Italie troublée des années 30.

Le Piémont, les vacances au ski, à la mer, à Venise, l’école religieuse, les nourrices, les maladies, les vêtements, les rapports aux autres membres de la famille… tout ce qui fait l’enfance.
La figure du père , très forte…

Une famille très privilégiée, mais des drames tout de même pour cette enfant pas vraiment désirée, abandonnée aux bonnes , ou « remplaçant » l’enfant-mort de sa nourrice (elle même au destin tragique) .
De nombreuses photos accompagnent l’auto-biographie, pour mieux nous plonger dans l’époque.

Et puis arrivent la guerre, le fascisme… (des thèmes qu’elle a d’ailleurs développé dans ces écrits précédents), les privations, la situation de l’Italie pendant la guerre… et la construction de l’adolescente qu’elle est devenue dans cette période critique.

Un beau texte, pour une période trouble du pays, mais j’avoue être restée un peu en dehors, je pense que les lecteurs connaissant déjà les autres oeuvres de cette auteure l’apprécieront d’avantage.

2 commentaires

  1. Je me souviens avoir beaucoup aimé Un chocolat chez Hanselman et un autre titre complètement oublié… c'état il y a quelques années ! Je ne crois pas que ce titre est complètement indispensable, j'en ai déjà assez 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s