Antigone Jean Anouilh

Antigone Jean Anouilh

Toujours autour d’Antigone, cette fois autour de la version Antigone de Jean Anouilh

Différentes versions d’Antigone

Antigone  est une tragédie grecque de Sophocle, écrite vers 441 av. J.-C.
Le mythe a inspiré de nombreuses œuvres littéraires dont notamment :

Antigone Jean Anouilh

Et celle dont il est question aujourd’hui

L’Antigone d’Anouilh doit bien sûr être replacée dans son contexte : elle fut représentée pour la première fois au théâtre de l’Atelier à Paris le 4 février 1944, durant l’Occupation allemande, dans une mise en scène, des décors et des costumes d’André Barsacq. Elle fait partie des Nouvelles pièces noires avec Jézabel (1932), Roméo et Jeannette (1946) et Médée (1953).

Dans ce contexte, difficile de ne pas faire le parallèle entre Antigone, la femme qui dit non, qui ose se rebeller , avec les héros de la résistance?
Antigone, c’est la voix de la Résistance, mais c’est aussi la voix des femmes  et l’opposition de plusieurs conceptions de la vie.
C’est aussi une lecture qui évolue avec le temps.

Quand je l’ai lue pour la première fois, au lycée, j’étais totalement du côté d’Antigone, entière , sans concession. J’avoue qu’avec les années je trouve dans répliques d’Ismène ou même de Créon certaines conceptions de la vie dans lesquelles je me reconnais d’avantage.

Mais cela reste aussi de superbes répliques sur l’amour, sur la vie, et un texte dans lequel on trouve toujours des échos à sa propre vie.

Antigone Jean Anouilh au théâtre

Une belle version vue en DVD que je vous conseille :

Pièce de : Jean Anouilh
Mise en scène de : Nicolas Briançon
Assistante à la mise en scène : Catherine Gondran
Production : Théâtre Marigny
Créée et filmée : au Théâtre Marigny en mai 2003

Avec : Barbara Schulz, Robert Hossein, Bernard Dhéran, Pierre Dourlens, Julie Kapour, Elsa Mollien, Julien Mulot, Bruno Henry, Claudia Fanni, Dominique Roncero, David Loyola

antigone

Autour d’Antigone sur ToursEtCulture

https://toursetculture.com/tag/antigone/

 

Prologue de l’Antigone d’Anouilh.

Voilà. Ces personnages vont vous jouer l’histoire d’Antigone. Antigone, c’est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu’elle va être Antigone tout-à-l’heure, qu’elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense qu’elle va mourir, qu’elle est jeune et qu’elle aussi, elle aurait bien aime vivre. Mais il n’y a rien à faire. Elle s’appelle Antigone et il va falloir qu’elle joue son rôle jusqu’au bout… Et, depuis que ce rideau s’est levé, elle sent qu’elle s’éloigne à une vitesse vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous, qui sommes là bien tranquilles à la regarder, de nous qui n’avons pas à mourir ce soir.
Le jeune homme avec qui parle la blonde, la belle, l’heureuse Ismène, c’est Hémon, le fils de Créon. Il est le fiancé d’Antigone. Tout le portait vers Ismène : son goût de la danse et des jeux, son goût du bonheur et de la réussite, sa sensualité aussi, car Ismène est bien plus jolie qu’Antigone, et puis un soir, un soir de bal où il n’avait dansé qu’avec Ismène, un soir où Ismène avait été éblouissante dans sa nouvelle robe, il a été trouver Antigone, qui rêvait dans un coin, comme en ce moment, ses bras entourant ses genoux, et lui a demandé d’être sa femme. Personne n’a jamais compris pourquoi. Antigone a levé sans étonnement ses yeux graves sur lui et elle lui a dit ‘oui’ avec un petit sourire triste… L’orchestre attaquait une nouvelle danse, Ismène riait aux éclats, là-bas, au milieu des autres garçons, et voilà,maintenant, lui, il allait être le mari d’Antigone. Il ne savait pas qu’il ne devrait jamais exister de mari d’Antigone sur cette terre et que ce titre princier lui donnait seulement le droit de mourir.
Cet homme robuste, aux cheveux blancs, qui médite là, près de son page, c’est Créon. C’est le roi. Il a des rides, il est fatigué. Il joue au jeu difficile de conduire les hommes. Avant, du temps d’Œdipe, quand il n’était que le premier personnage de la cour, il aimait la musique, les belles reliures, les longues flâneries chez les petits antiquaires de Thèbes. Mais Œdipe et ses fils sont morts. Il a laissé ses livres, ses objets, il a retroussé ses manches et il a pris leur place.
Quelquefois, le soir, il est fatigué, et il se demande s’il n’est pas vain de conduire les hommes. Si cela n’est pas un office sordide qu’on doit laisser à d’autres, plus frustes… Et puis, au matin, des problèmes précis se posent, qu’il faut résoudre, et il se lève, tranquille, comme un ouvrier au seuil de sa journée.
La vieille dame qui tricote, à coté de la nourrice qui a élevé les deux petites, c’est Eurydice, la femme de Créon. Elle tricotera pendant toute la tragédie jusqu’à ce que son tour vienne de se lever et de mourir. Elle est bonne, digne, aimante. Elle ne lui est d’aucun secours. Créon est seul. Seul avec son petit page qui est trop petit et qui ne peut rien non plus pour lui.
Ce garçon pâle, là-bas, qui rêve adossé au mur, c’est le Messager. C’est lui qui viendra annoncer la mort d’Hémon tout à l’heure. C’est pour cela qu’il n’a pas envie de bavarder ni de se mêler aux autres… Il sait déjà…
Enfin les trois hommes rougeauds qui jouent aux cartes, leur chapeau sur la nuque, ce sont les gardes. Ce ne sont pas de mauvais bougres, ils ont des femmes, des enfants, et des petits ennuis comme tout le monde, mais ils vous empoigneront les accusés le plus tranquillement du monde tout à l’heure. Ils sentent l’ail, le cuir et le vin rouge et ils sont dépourvus de toute imagination. Ce sont les auxiliaires toujours innocents et satisfaits d’eux-mêmes, de la justice. Pour le moment, jusqu’à ce qu’un nouveau chef de Thèbes dûment mandaté leur ordonne de l’arrêter à son tour, ce sont les auxiliaires de la justice de Créon.
Et maintenant que vous les connaissez tous, ils vont pouvoir vous jouer leur histoire. Elle commence au moment où les deux fils d’Œdipe, Etéocle et Polynice, qui devaient régner sur Thèbes un an chacun à tour de rôle, se sont battus et entre-tués sous les murs de la ville, Etéocle, l’aîné, au terme de la première année de pouvoir ayant refusé de céder la place à son frère. Sept grands princes étrangers que Polynice avait gagné à sa cause ont été défaits devant les sept portes de Thèbes. Maintenant la ville est sauvée, les deux frères ennemis sont morts, et Créon, le roi a ordonné qu’à Etéocle, le bon frère, il serait fait d’imposantes funérailles, mais que Polynice, le vaurien, le révolté, le voyou, serait laissé sans pleurs et sans sépulture, la proie des corbeaux et des chacals. Quiconque osera lui rendre les devoirs funèbres sera impitoyablement puni de mort.

6 commentaires

  1. Une des pièces de Anouilh que j'aime particulièrement, pour l'avoir vue jouer remarquablement et bien sûr, pour ce côté Résistance dont tu parles… J'ai vu dans ton autre article une version en DVD avec Robert Hossein qui me tente bien ! car c'est malheureusement une picèe qu'on voit rarement. Beau travail Eimelle, ça me donne envie de relire la pièce !

  2. Je ne l'ai effectivement jamais vue \ »en vrai\ », j'ai la version avec Robert Hossein et Barbara schulz qui porte bien le personnage.

Laisser un commentaire