La brodeuse de Winchester de Tracy Chevalier

La brodeuse de Winchester, roman de Tracy Chevalier, traduit par Anouk Neuhoff, paru aux éditions de la table ronde en juin 2020.

La brodeuse de Winchester

Si Tracy Chevalier est américaine, c’est du côté de la cathédrale de Winchester qu’elle nous conduit cette fois, autour d’un personnage féminin marquant!

Violet Speedwell, dactylo de trente-huit ans, est une «Femme excédentaire». Après les ravages de la première guerre mondiale chez les hommes jeunes et fiancés potentiels, elles sont nombreuses à avoir du rester célibataires. Au traumatisme de la guerre, de la perte d’un être cher, un fiancé, un frère, parfois un père aussi, il faut en plus faire face au regard de la société.

Une femme, seule, qui travaille, qui subvient à ses propres besoins, qui se libère peu à peu jusqu’à partir seule en vacances… pas facile à accepter pour les autres, et pas facile à assumer pour elle-même.

On assiste alors à une belle éclosion. Violet ose peu à peu prendre son envol et déployer doucement ses ailes…

Sur son chemin, elle va croiser le cercle des brodeuses de la cathédrale de Winchester et également les sonneurs de cloches du lieu. La cathédrale est un monde à part, très codifié, qui va lui donner un nouvel élan.

Ce groupe de brodeuses a réellement existé, autour de la bien réelle Louisa Pesel et l’on peut toujours voir à Winchester des coussins et agenouilloirs brodés alors. Un travail complexe auquel ce roman nous initie également!

Pour en savoir plus

coussins de choeur La brodeuse de Winchester

De Tracy chevalier j’avais déjà lu et apprécié

Le Récital des anges Tracy Chevalier

La brodeuse de Winchester roman de Tracy Chevalier

La brodeuse de Winchester de Tracy Chevalier est une participation au thème ladies first (auteure américaine, livre féministe, héroïne marquante) du mois américain.

La brodeuse de Winchester le mois américain

16 commentaires

  1. Je vais essayer de le lire. je t’avoue que La fjeune fille à la perle ne m’avait pas convaincu (j’en attendais peut-être trop).

  2. J’aimais bien ses romans mais maintenant, je les apprécie de moins en moins, car c’est toujours la même technique de narration. Je note quand même…

Laisser un commentaire