De nos frères blessés Joseph Andras

Actes Sud, mai 2016

Alger, 1956. Fernand Iveton a trente ans quand il pose une bombe dans son usine. Ouvrier indépendantiste, il a choisi un local à l’écart des ateliers pour cet acte symbolique : il s’agit de marquer les esprits, pas les corps. Il est arrêté avant que l’engin n’explose, n’a tué ni blessé personne, n’est coupable que d’une intention de sabotage, le voilà pourtant condamné à la peine capitale.
Mon petit mot
Voici un premier roman très puissant, sur une page peut-être un peu oubliée de l’histoire de la guerre d’Algérie.
L’auteur alterne les points de vue dans ses chapitres, passe d’un personnage et d’un lieu à un autre, alterne évocations des souvenirs et instant présent,  pour mieux resserrer la toile autour d’Iveton.
On éprouve d’emblée de la sympathie pour ce proche des indépendantistes algériens, prêt à passer à l’action, mais sans violence.
Et l’on assiste, impuissant, à l’effroyable marche de la justice qui va le broyer. La politique, le populisme, un petit électron pris dans un tourbillon qui dépasse tout.
De quoi évoquer aussi la pratique de la torture, l’attitude du parti communiste ou du gouvernement français.
Le tourbillon de l’écriture renforce le sentiment d’urgence, tout à fait en adéquation avec le propos.
 Un auteur de plus à suivre!

5 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s