le turquetto Metin Arditi

Se pourrait-il qu’un tableau célèbre – dont la signature présente une anomalie chromatique – soit l’unique oeuvre qui nous reste d’un des plus grands peintres de la Renaissance vénitienne : un élève prodige de Titien, que lui-même appelait « le Turquetto » (le petit Turc) ? Né de parents juifs en terre musulmane (à Constantinople, aux environs de 1519), ce fils d’un employé du marché aux esclaves s’exile très jeune à Venise pour y parfaire et pratiquer son art.
L’homme au gant, musée du Louvre
Décidément, Metin Arditi fait partie de ces auteurs que je retrouve avec plaisir!
Et quand en plus il s’agit de Venise et de la Renaissance, je ne peux être que conquise!
Nous passons de Constantinople à Venise, du Grand Bazar,  aux ateliers vénitiens, et nous suivons ce personnage attachant dans son ascension d’abord, puis dans sa chute.
De quoi découvrir une autre Venise, entre rivalités, conquête du pouvoir,  et surtout statut des Juifs et inquisition.
Des souvenirs de visite du ghetto reviennent en mémoire tout comme les somptueuses églises ou scuole…
Et puis il y a le destin de cet homme, ces choix… et ce mystère de la signature du tableau de l’homme au gant… bref, un agréable moment de lecture, tant pour l’Histoire avec un grand H que pour celle inventée pour ce personnage!

6 commentaires

  1. Bonjour,Un livre envoûtant comme souvent ceux de Metin Arditi qui sait si bien se faire peintre des atmosphères et des hommes.Bonne journéeAnne

  2. Un livre qui est dans ma wish-list depuis des lustres ! Contente de voir qu'il t'ai plu :)PS: finalement tu participes à mon challenge \ »La littérature fait son cinéma\ » ? Bonne fin de semaine !

Laisser un commentaire