Le Petit Coiffeur de Jean-Philippe Daguerre

Mise à jour : Le petit coiffeur de Jean-Philippe Daguerre est à l’affiche du festival d’Avignon 2021! (Sélection spectacles à voir festival d’Avignon off 2021) puis revient à Paris pour la rentrée théâtrale, un spectacle à voir sans hésiter ! Spectacles coups de coeur d’ Avignon à voir au théâtre à Paris ou en tournée

«Le Petit Coiffeur», de Jean-Philippe Daguerre, pour poursuivre le retour du #mardiconseil théâtre sur le blog! Car à l’heure où les salles de spectacles restent désespérément fermées, les artistes cherchent de nouveaux moyens de ne pas perdre contact avec le public et de continuer à pouvoir travailler. L’équipe du théâtre Rive Gauche a tenté ce week-end une expérience intéressante : une captation et diffusion live sur facebook de la pièce Le petit coiffeur qui devrait y être jouée en ce moment.

Alors, certes, rien ne remplacera jamais le contact direct dans une salle, l’émotion partagée, mais savoir que l’on est des centaines de spectateurs à regarder la même chose, au même moment, à réagir par les commentaires, comme sur la chaine web tv de la comédie française dont je suis une spectatrice assidue depuis le premier confinement, c’est déjà fort ! Et la prise de vue et de son de cette captation était de bonne qualité, bravo!

La vidéo est accessible jusqu’à ce soir, vous pouvez encore en profiter! https://www.theatre-rive-gauche.com/spectacle-le-petit-coiffeur.html

Le Petit Coiffeur de Jean-Philippe Daguerre
Crédit photos : Fabienne Rappeneau

Le Petit Coiffeur de Jean-Philippe Daguerre, une pièce écrite et mise en scène par Jean-Philippe DAGUERRE
Avec (par ordre alphabétique)
Félix BEAUPERIN
Arnaud DUPONT
Brigitte FAURE
Romain LAGARDE
Charlotte MATZNEFF

Décors Juliette AZZOPARDI
Costumes Alain BLANCHOT
Musiques Hervé HAINE
Lumières Moïse HILL
Chorégraphie Florentine HOUDINIERE
Assistant à la mise en scène Hervé HAINE

Jean-Philippe Daguerre s’était déjà attaqué au sujet de la seconde guerre mondiale avec le très réussi Adieu Monsieur Haffmann

Cette fois, il s’intéresse à la toute fin de la guerre. Nous sommes à Chartres, en août 1944. Si la Marseillaise peut à nouveau résonner et les bretelles aux couleurs du drapeau bleu-blanc-rouge faire leur apparition, l’heure est aussi aux règlements de compte. L’épuration. Les femmes tondues. Plus de 20 000 femmes en France en ont été la cible. Certaines seront exécutées parfois hors de tout procès.

Pierre est coiffeur. A la mort de son père, pendant la guerre, il a repris le salon de coiffure familial aux côtés de sa mère, héroïne de la Résistance. Mais il se rêve plutôt artiste. Il réalise des portraits de femmes et c’est ainsi qu’il fait la connaissance de Lise, jeune institutrice, veuve de guerre. Entre eux, la complicité dépasse vite le cadre artistique.

Mais on va demander au « petit coiffeur » d’exécuter une bien triste besogne : tondre plusieurs femmes accusées d’avoir fréquenté des allemands pendant la guerre. Et ce n’est que le début des drames qui vont s’abattre sur son entourage. Car si tout commence de façon légère, pas de doute, c’est bien à une tragédie à l’antique que nous allons assister. Et les personnages vont se révéler beaucoup plus complexes et vont évoluer comme on ne l’aurait pas forcément pensé au départ.

Jean-Philippe Daguerre a choisi cette fois de mettre les femmes en avant, avec la mère de Pierre d’un côté, résistante, femme de tête et de ressources et Lise (touchante Charlotte MATZNEFF) de l’autre. De quoi faire passer quelques messages intemporels au passage et remettre en avant ces pages noires un peu trop vite oubliées de l’histoire de France.

Et cet amour maternel, si fort, offre une intense partition à Brigitte Faure. Une belle distribution porte ce texte autour d’elle, Arnaud DUPONT apporte ainsi ici une touche de poésie et de légèreté bienvenue dans la pièce dans le rôle du frère de Pierre.

L’ensemble décors – costumes-lumières-chorégraphie fonctionne très bien aussi!

Une tragédie rythmée qui réussit à capter l’attention par écran interposé, alors en salle, nul doute que l’émotion sera au rendez-vous. Et celle de Jean-Philippe Daguerre à l’issue de la représentation était très communicative. Oui, la cuture, le théâtre sont bien essentiels.

Le Petit Coiffeur de Jean-Philippe Daguerre, à retrouver très vite on espère au théâtre Rive Gauche !

Le Petit Coiffeur de Jean-Philippe Daguerre

Et à mettre en écho avec une autre pièce vue en 2003 et qui m’avait beaucoup marquée , autour du même fait historique : Des Jours et des nuits à Chartres de Henning Mankell· Mise en scène Daniel Benoin au TNN D’après la photo de Robert Capa.

5 commentaires

Laisser un commentaire