Inconnu à cette adresse / La compagnie des sceptres Avignon 2013 Jour 1

Premier jour au festival d’Avignon!
A peine descendue du train, direction le chêne noir pour deux premiers spectacles très réussis, ça commence fort !

Theatre Inconnu à cette adresse De Kressmann Taylor


Adaptation : Michèle Lévy-Bram
Mise en scène : Delphine de Malherbe
Avec : Thierry Lhermitte et Patrick Timsit

Dix-neuf lettres entre deux amis, un allemand et un juif américain, à l’heure de la montée du nazisme.

Au fil de la correspondance, le ton s’assèche entre les deux amis.  
Qui est le bon, qui est le méchant ? Qu’aurions nous fait à leur place ? Le courage suffit-il à contrer le courant ? Et quand l’horreur advient, le pardon est-il préférable à la vengeance ?

Mon petit mot: 
Je ne connaissais pas ce texte,et maintenant, après avoir vu cette pièce, je sais qu’il va bientôt rejoindre ma bibliothèque. Voilà qui fait mouche et vous tient en haleine tout au long de la représentation (ou plutôt de la lecture, pas simple d’ailleurs de passer de ce texte magnifique aux planches). La tension monte peu à peu, de plus en plus de cruauté, de plus en plus de questions également… pas de manichéisme, embrigadement, valeurs morales, intérêt personnel, vengeance… , un texte à découvrir que je relirai volontiers.

Theatre La compagnie des spectres D’après le roman de Lydie Salvayre


Deux femmes, la mère et la fille, vivent recluses dans un petit appartement. L’huissier de justice, chargé de procéder à l’inventaire de leurs biens avant saisie, va devenir l’interlocuteur, bien malgré lui, de ces femmes hantées par les spectres de l’Histoire,  Pétain,  Darnand, Epictète ,  Sénèque …

Mon petit mot: 

Premier spectacle vu des 13 de ce séjour au festival d’Avignon, une seule phrase en sortant du théâtre du Chêne noir : ça commence fort! Une belle performance d’actrice, endossant les rôles de trois générations de femmes tout comme leurs interlocuteurs, de l’huissier à Pétain,chapeau! Plus que le texte, ce sera son interprétation que je retiendrai, au fil des histoires racontées, on glisse de l’époque actuelle à 1943, d’un lieu à l’autre, d’une violence à l’autre, dans un décor de bric et de broc bien trouvé. Le passage d’un personnage à l’autre s’effectue sans aucune confusion, conteuse, actrice multiple,  Zabou Breitman porte ce texte d’une belle façon.

4 commentaires

  1. Je l'ai déjà vu deux fois par des compagnies différentes et chaque fois excellemment interprété. C'est pourquoi je ne suis pas allée assister à cette version mais j'étais sûre que ce serait réussi! Beaucoup d'émotion, en effet.

    J'aime

  2. c'était pour moi une découverte de cet texte dont j'avais entendu parler, mais que je n'avais jamais eu le courage de le lire.. et en sortant de la représentation, on comprend le pourquoi des éloges de ce roman, fort!

    J'aime

  3. Alors là c'est le contraire ! j'avais lu et aimé ce texte… mais nous n'avons pas pu avoir de place, toujours complet très vite.Un texte terrible en tout cas, et tu as l'air d'avoir apprécié ce qui me semble logique car le théâtre est bon !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s