Belle du Seigneur de Albert Cohen

Des amours entre Ariane et Solal dans la Genève du début du siècle, il n’élude aucun aspect, ni la marche triomphale de la passion, ni les affres de la jalousie, ni la brutalité d’une relation plutôt sadique mais son roman demeure une des histoires d’amour mythiques de la littérature. Brossant au passage un tableau féroce du milieu des fonctionnaires internationaux où il a lui-même fait toute sa carrière, mêlant un foisonnement de récits secondaires à l’intrigue principale et passant avec une maîtrise consommée du lyrisme le plus échevelé au constat le plus froid, Albert Cohen donne avec Belle du Seigneur non seulement son oeuvre maîtresse mais un des plus beaux romans du XXe siècle. -Gérard Meudal

Il s’agit d’une photo de Marie-Sophie Wilson prise par la photographe Deborah Turbeville.

Deborah Turbeville: Past Imperfect

6 commentaires

  1. Il faudrait le relire, mais … j'ai toujours peur des relectures, des revisites, des retours ! peur de ne plus éprouver la même émotion, l'émotion de la découverte …

    J'aime

  2. Je relis assez raremement en intégralité, des passages souvent qui m'ont touchée, émue, mais assez peu, je préfère aller vers d'autres découvertes, et tout comme toi garder le souvenir intact

    J'aime

  3. j'ai relu un ou deux des monologues d'Arianne, on s'attache plus à la langue, l'émotion surgit différement, mais je ne pense pas le relire en entier avant de longtemps…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s