Courbet de Fabien Lacaf Glénat

Paru chez Glénat en 2015
tome 8 de la série Les grands peintres

Courbet Fabien Lacaf Glénat bande dessinee

C’est avec ce volume que je découvre cette série qui nous fait entrer dans l’intimité de peintres célèbres.

J’ai choisi celui ci après avoir lu il y a peu,

L’Origine du monde de Claude Schopp

qui dévoilait la vie de » Mlle Quéniaux » , qui serait le modèle du célèbre tableau de Courbet.

je reste dans le thème!

Nous sommes à Paris en 1866. Paris est en fête, et en pleine transformation avec les travaux du baron Haussmann.
Mais à l’opéra, pendant la première de « La Vie parisienne », une jeune femme est assassinée et « exposée  » dans une position qu évoque celle du tableau « L’Origine du monde » de Gustave Courbet, pourtant normalement conservé à l’abri des regards chez Khalil Bey, son commanditaire.

L’enquête commence, qui en veut au peintre ?
Et quand d’autres jeunes femmes sont assassinées de la même manière, l’enquête s’affine : qui en veut à celle qui a servi de modèle au peintre? Il va falloir la retrouver rapidement, avant le tueur!

J’ai aimé à la fois l’histoire, avec cette intrigue intéressante, et le contexte historique, on croise de nombreux personnages célèbres, toute la vie culturelle de l’époque!

Un petit bémol sur certains dessins, des visages, qui m’ont peu séduits!

Un petit documentaire sur le peintre termine l’ouvrage.

Une série dont je découvrirai avec plaisir d’autres volumes!

C’est ma

34 commentaires

  1. Une série qu'il me semble avoir déjà croisée lors de nos RV du mercredi mais, contrairement à toi, je ne suis toujours pas tombée dessus en furetant dans les bacs (et comme je ne suis pas plus motivée que cela, je laisse faire le hasard 😉 ) !

  2. As tu lu la vengeance du comte de Sharbek de Sente et Rosinski ? Je verrais pour celui que tu présentes. Pourquoi pas mais Sharbek a mis la barre tellement haute au niveau graphisme et narration que j'ai beaucoup de mal à retrouver cet univers

  3. Original pour en découvrir plus sur le peintre ! Après, effectivement, je comprends tes réticences graphiques…

Laisser un commentaire