La main de Leïla, Going home, Amok, Un jour ou l’autre

Des spectacles entre ici et ailleurs…

Going home Vincent Hennebicq

Théâtre des Doms

  • avec : Vincent Cahay, Maxime Van Eerdewegh, Dorcy Rugamba, François Sauveur
  • Scénographie et lumière : Fabrice Murgia, Giacinto Caponio
  • Création et régie son : Cédric Otte
Going home Vincent Hennebicq
Une pièce pas du tout prévue au départ, ajoutée en fin de séjour suite à un excellent bouche à oreille, et je n’ai pas été déçue !
Tout commence à Hambourg, lorsqu’un éthiopien est arrêté suite à un braquage qui a mal tourné.
Le récit d’une migration à l’envers, de l’Autriche vers l’Ethiopie, une fuite de l’Europe, racisme, amalgames, délit de faciès / intégration, quête d’identité…
Le thème est traité de façon originale, entre musique jouée en live et projections vidéos d’images de ce pays où il va finir par se retrouver et devenir quelqu’un.
Trouver sa place…
Le thème est fort, la scénographie tout autant, les avis positifs entendus étaient mérités!
Et le Happy-end est d’autant plus fort que c’est une histoire vraie!

La main de Leïla de Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker / Régis Vallée #off16

Béliers

La main de Leïla de Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker / Régis Vallée #off16

  • avec : Aïda Asgharzadeh, Kamel Isker, Azize Kabouche
  • Metteur en scène : Régis Vallée
  • Lumières : Guillaume Tesson
  • Scénographie : Philippe Jasko
  • Musique : Manuel Peskine
  • Costumes : Marion Rebmann

Nous sommes en 1987, à Sidi Fares, dans un garage transformé en cinéma totalement illégal.

L’histoire de l’Algérie (au moment des émeutes d’octobre 1988 et de la chute du FLN), des amours impossibles, des espoirs, des rêves… et le cinéma… voilà la toile de fond de cette comédie romantico-dramatique qui regorge de trouvailles côté décors et scénographie!

Avec trois fois rien, beaucoup d’imagination,  et des acteurs qui jouent plusieurs rôles, on est transporté ailleurs, on sourit, on frémit…
et l’on en sort avec l’envie de revoir les films cités dans la pièce… en version non censurée bien sûr! (quoique Dirty Dancing version documentaire pour club de vacances américain…ça peut valoir le coup ! )

Bref, on oscille entre légèreté, petite et grande histoire de belle manière!

Amok STEFAN ZWEIG  Caroline Darnay #off16

Roi René

  • avec Alexis Moncorgé
  • Metteur en scène : Caroline Darnay
  • Créateur Lumières : Denis Koransky
  • Scénographe : Caroline Mexme
  • Créateur sonore : Thomas Cordé
  • Chorégraphe : Nicolas Vaucher
Dans les dernières pièces vues au festival d’Avignon cette année, la sacré performance d’Alexis Moncorgé dans « Amok ».
Je ne connaissais pas ce texte de Stefan Zweig, qui nous entraîne cette fois en Malaisie , pour suivre le destin tragique d’un jeune médecin qui en 1912 fuit ce pays et nous raconte pourquoi…
L’amour, la trahison, la folie, l’honneur… le texte est fort mais ce que j’en retiendrai surtout est l’engagement du comédien. Impressionnant. Fascinant.
On oublie le reste, même s’il faut saluer la qualité du travail des lumières, en particulier.
Une performance marquante!

Un jour ou l’autre Linda McLean Blandine Pélissier  #off16

  • avec : Eric Herson-Macarel, André Le Hir, Sarah Vermande, Line Wiblé
  • Mise en scène : Blandine Pélissier
  • Assistante à la m.e.s : Behi Djanati Ataï
  • Lumière : Xavier Duthu
  • Son : Phil Reptil
  • Scénographie/costumes : So Beau-Blache
  • Arthéphile

Suivant le fil découverte d’auteurE pour ce festival , voici une première pièce dans cette thématique !
L’occasion aussi de découvrir joli petit théâtre avec une belle programmation, une salle où je reviendrais volontiers !

Ils semblent être des gens ordinaires… un peu plus cabossés peut-être… ce qui n’empêche ni l’humour ni la tendresse.. et puis des fêlures qui apparaissent peu à peu… Un homme cherche à protéger sa femme, mais il lui est impossible de la surveiller en permanence…

Un axe très réaliste (sacré jeu d’acteurs)  , on observe, on scrute, sans juger… mais pas sans réfléchir , parce qu’on a tous des jours sans et pas toujours quelqu’un pour nous tenir la main.

Le graphisme de l’affiche m’avait étonnée, il s’éclaire tout à fait au fil de la pièce !

La fin m’a laissée un peu songeuse, mais je pense que j’en garderai un bon souvenir!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s