La reine du tango Akli TADJER

mars 2016

Suzanne a grandi seule avec sa mère, La Reine du tango, une danseuse magnifique qui a connu tous les succès, toutes les gloires. Disparue trop jeune, elle a laissé à sa fille sa passion de la danse, des souvenirs éblouissants et une peur immense de l’abandon.

Mon petit mot

Attirée par la couverture, j’ai cédé à l’appel du tango, et grand bien m’en a pris!

Une jolie histoire , une belle déclaration d’amour au tango, à ses grands danseurs et musiciens, à son histoire, aux symboles que cette danse véhicule, à son vocabulaire…  mais aussi un personnage féminin qui permet de s’interroger  sur les questions de transmission, d’héritage… et de lourds secrets de famille.
Comment être une star, toujours à droite et à gauche, et élever en même temps son enfant?
Comment grandir à l’ombre d’une mère si admirée et supporter sa disparition tragique?
Être habitée par la même passion… ne pas sentir à la hauteur… il faut se faire un prénom, une place à soi, et lorsque le moment est venu de se faire un chemin sur ses traces… il faut alors trouver le bon partenaire…
L’humour n’est jamais loin (le récit des cours de tango en particulier à des clients pas toujours très disponibles vaut le détour), les sentiments non plus, bref, une parenthèse fort sympathique!
Et si en prime l’amour s’en mêle, alors effectivement, cela donne un joli conte moderne… et une envie irrésistible de danser!

Par exemple sur Libertango, le morceau de la « danse de la mort » du concours :

Dans le cadre du challenge

Challenge Rentrée littéraire janvier 2016

4 commentaires

Laisser un commentaire