Les Violons du roi , Jean Diwo

 Durant plus de soixante ans, l’atelier du luthier Stradivari , à Crémone, livre aux rois et aux princes des violons aux sons et aux vernis magiques, jamais égalés depuis.
A Rome, Corelli fait pleurer la reine Christine de Suède en jouant de son stradivarius et le révérend Antonio Vivaldi entraîne Venise dans le tourbillon de ses « Quatre saisons ».
Lu l’année dernière avant un séjour du côté de Milan, Mantoue, Brescia, avec une journée passée à Crémone, sur les traces de Stradivari ( le palazzo Comunale et sa collection de violons, l’atelier d’un luthier, les lieux fréquentés par les luthiers d’antan…)
Crémone
Instructif!  
Sur les luthiers, mais aussi sur cette période historique italienne que j’aime tant, des images d’autres voyages, à Venise en particulier qui surgissent au fil des pages…. 
Un peu long à certains moments et puis l’intérêt renait, au fil des générations, des personnages croisés au fil des pages, l’histoire, mais aussi la petite histoire, le quotidien de ces artistes, toutes les coulisses de l’art, une jolie promenade!

4 commentaires

  1. Il faudrait que je cherche d'ailleurs des avis sur son Moi, Milanollo, fils de StradivariusJ'ai peur que cela fasse un peu redite entre les deux, j'hésite à me laisser tenter!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s