La petite danseuse de quatorze ans de Camille Laurens #RL2017

Stock

Dans les  années 1880, elle dansait comme petit rat à l’Opéra de Paris,
et ce qui fait souvent rêver nos petites filles n’était pas un  rêve pour elle, pas l’âge heureux de notre jeunesse. Elle avait  un autre métier, et même deux, parce que les quelques sous  gagnés à l’Opéra ne suffisaient pas à la nourrir, elle ni sa  famille. Elle était modèle, elle posait pour des peintres ou  des sculpteurs. Parmi eux il y avait Edgar Degas.

Mon petit mot

Quelle bonne idée que ce livre!
Cette sculpture, je fais partie des nombreux à l’avoir regardée au musée d’Orsay, attirée par ce curieux mélange de vêtements, de sculpture… mais comme beaucoup aussi j’imagine, sans m’être questionnée sur l’identité de la jeune fille qui avait servi de modèle à Degas.

Camille Laurens a mené l’enquête pour retrouver sa trace et retracer le double parcours du sculpteur et de la danseuse, au destin tout sauf rose.

Elle nous plonge dans le quotidien des petits rats de l’opéra, des mères, des protecteurs, des conditions de travail des enfants, de la frontière bien mince avec la prostitution.
Ce quotidien de labeur et de douleur que Degas sait montrer, loin des paillettes et des rêves des étoiles de la scène.
Et dans la grande histoire, il y a Marie Geneviève van Goethem et sa famille.

On s’attache à cette danseuse qui ne deviendra pas étoile, on prend parfois en grippe Degas qui semble peu se soucier de l’avenir de celle qui fut renvoyée de l’opéra, sans doute à cause de son activité de modèle.
On s’interroge également sur le pourquoi de cette création qui a suscité bien des critiques. Pourquoi la cire, pourquoi ce visage (des pages très intéressantes sur les physionomistes), pourquoi cette attitude, pourquoi cet enlaidissement peut-être … pas de réponse fermée, mais une chose est sûre, une sculpture que j’irai revoir et que je regarderai d’un oeil beaucoup plus attentif!

Et puis l’on a envie de compléter la lecture par des recherches d’autres images, d’autres oeuvres de Degas qui auraient eu également Marie comme modèle en particulier L’écolière:

Une petite danseuse qui n’a pas fini de questionner et de fasciner…
Marilyn Monroe

Bref, une lecture que j’ai beaucoup appréciée!

14 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s