Site icon Tours et culture

BD Artemisia de Nathalie Ferlut, Tamia Baudouin

BD Artemisia de Nathalie Ferlut (scenario) et Tamia Baudouin (illustration), bande dessinée historique et artistique parue aux éditions Delcourt

Quel destin que celui d’ Artemisia Gentileschi  ! Une femme peintre à la vie et à l’oeuvre assez fascinante, dont cette BD permet une première bonne approche.

J’avais lu il y a longtemps la biographie que lui avait consacrée Alexandra Lapierre, que je vous conseille au passage, et avait ensuite pu admirer plusieurs de ses peintures à Paris et Florence, j’étais donc assez curieuse de découvrir cette BD.

Pour en savoir plus sur Artemisia Gentileschi et découvrir quelques unes de ces peintures, je vous renvoie à d’autres articles du blog : Artemisia Gentileschi exposition musée Maillol et Judith et Holopherne, d’ Artemisia Gentileschi à Lady Macbeth et en écho à des souvenirs de voyage Visiter Florence et Pise, Fiesole, Sienne, San Gimignano incontournables de Toscane

La BD est complétée par un petit rappel biographique. En quelques mots si vous ne connaissez pas cette peintre : peinture/artemisia-gentileschi

autoportrait en allégorie de la peinture

Artemisia Gentileschi est née en 1593. Elle est la fille aînée d’Orazio Gentileschi, un des grands peintres de la Rome baroque, proche du Caravage. Elle apprend la peinture dès son plus jeune âge dans l’atelier de son père. En 1610, a 17 ans, Artemisia signe sa première œuvre : « Suzanne et les vieillards ». Violée par le peintre Agostino Tassi, elle subit un long et humiliant procès pour prouver son innocence. L’agresseur sera finalement condamné.

Elle épouse alors un assistant de son père, Pierantonio Stiattesi qui la laissera exercer son art en toute liberté. Artemisia travaille pour les Médicis et parvient à s’inscrire à l’Académie du dessin de Florence, une première pour une femme. Elle produit de nombreux autoportraits et des oeuvres mettant en scène des héroïnes féminines, telles Cléopâtre, Suzanne, ou Judith. Après Rome et Florence, elle travaille à Venise, Naples et Londres.

Retour à la BD ! Si je n’ai pas forcément été très séduite par le graphisme, l’histoire est, elle, très bien menée. En peu de mots, Nathalie Ferlut parvient à retracer parfaitement le destin et les combats de l’artiste comme de la femme, à une période où côté condition féminine, il y avait encore un sacré chemin à parcourir.

Elle ouvre son récit sur une Artemisia âgée, qui va peu à peu replonger dans ses souvenirs pour raconter sa vie à sa fille. Au fur et à mesure, on évoque également plusieurs de ces grandes peintures. On en apprend beaucoup sur la vie artistique du temps, le mécénat, les institutions… et le peu de place possible pour les femmes.

De quoi mettre en avant un beau portrait de femme et de nombreux combats féministes. Une bande dessinée historique et artistique passionnante, que je vous incite à découvrir!

BD Artemisia de Nathalie Ferlut, Tamia Baudouin une bande dessinée lue dans le cadre de la BD de la semaine, vous pourrez trouver les liens des participants ici chez Moka et du challenge littéraire autour de l’Italie ici (rubrique littérature italienne du blog) ainsi qu’au challenge P’tit bac catégorie prénom.

Quitter la version mobile