La Servante écarlate de Margaret Atwood

Publié en France en 1987, adapté au cinéma sous le même titre par Volker Schlöndorff en 1990, ce roman a récemment fait l’objet d’une série télévisée (The Handmaid’s Tale), on en a alors beaucoup parlé (je ne l’ai pas vue ! ) , mais il a fallu la journée Canada de novembre au Québec pour que je le sorte enfin de ma PAL !

 La Servante écarlate de Margaret Atwood

Et j’ai fort bien fait!

Voilà un roman qui fait froid dans le dos!
Écrit il y a près de 30 ans, certaines scènes ont un écho tout à fait sidérant avec l’actualité et le recul des droits des femmes, ici et ailleurs…

Margaret Atwood nous entraîne dans un futur terrifiant, où, face à la chute du taux de fécondité, les rares femmes fertiles sont réduites au stade de ventres, d’esclaves sexuelles, dans une société où les droits de la femme sont désormais nuls. Chacune est réduite a un rôle, ventre, domestique, avec l’uniforme et la couleurs correspondants.
Elles doivent se taire, on contrôle leur alimentation, lire un magasine ou jouer au scrabble devient  un délit…

Le fonctionnement de la société nouvelle est terrifiant, dictatorial, entre fanatisme, totalitarisme, délation, surveillance,  réactions ou absences de réactions des uns et des autres, on passe son temps à s’interroger : et si c’était vrai ?

Et pourtant… l’héroïne a connu une enfance, une jeunesse, normale où les femmes étudiaient, travaillaient… jusqu’au jour où les extrémistes l’ont emporté.

Je viens de lire il y a peu

Malala – L’histoire de mon engagement pour le droit des filles par Malala Yousafzai
c’est d’autant plus glaçant que l’on retrouve un processus similaire quand à la perte des droits des femmes.
L’un est une dystopie. L’autre est une histoire vraie.
Bref, cela fait plus que réfléchir… et relativiser nos petites misères… soyons vigilants, et n’oublions pas l’essentiel.

Heureusement, la fin du roman se termine par une note d’espoir… Si la réalité pouvait s’en inspirer…


quebecennovembre_600

14 commentaires

  1. On m'a dit qu'il y aurait une suite, suite au succès du feuilleton? Bref, j'avais lu La servante écarlate il y a fort longtemps.Tu sais que leur costume est pris par celles qui demandent la réouverture de la maternité du Blanc?

    J'aime

  2. J'ai déjà souvent vu ce roman mais je ne pensais pas qu'il s'agissait de cela. J'aime bien les dystopies, car elles permettent souvent de dénoncer des tendances, de faire prendre conscience de dangers qui nous guettent (quand elles sont bien faites). Je le note donc !

    J'aime

  3. J'ai beaucoup aimé captive du même auteur et je compte bien lire le livre. En revanche, la série ne m'attirait pas du tout. cA avait l'air ennuyeux…

    J'aime

  4. on bascule dans un futur encore plus lointain où le pays a retrouvé un régime politique normal, où les femmes sont de retour à l'université… un peu d'apaisement!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s