LA SOCIÉTÉ ANONYME DES MESSIEURS PRUDENTS de Louis Beydts et TROUBLE IN TAHITI de Léonard Bernstein / Dune / Ossonce

Une soirée, deux découvertes! De Guitry à Bernstein, voilà une belle soirée « exploration musicale de nouveaux horizons! »

Présentation :

Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire / Tours  Direction musicale : Jean-Yves Ossonce
Mise en scène : Catherine Dune
Décors : Elsa Ejchenrand   Costumes : Elisabeth de Sauverzac   Lumières : Marc Delamézière

Nouvelle co-production Opéra de Tours, Conseil départemental d’Indre-et-Loire
Décors, costumes et accessoires réalisés dans les ateliers de l’Opéra de Tours

LA SOCIÉTÉ ANONYME DES MESSIEURS PRUDENTS

Opéra bouffe en un acte de Louis Beydts  Livret de Sacha Guitry

Elle : Sophie Marin-Degor
Henri Morin : Laurent Deleuil
Un gros commerçant : Antoine Normand
Un grand industriel : Lionel Peintre
Le Comte Agénor de Szchwyzki : Jean-Marie Frémeau

Ils sont quatre à se disputer les faveurs dispendieuses de « Elle » ; ils devraient se battre, mais leur sens des affaires leur commande de « s’associer » dans cette Société Anonyme Des Messieurs Prudents (SARL) : ainsi, en payant « au prorata », ils pourront couvrir « Elle » de cadeaux et de bijoux.
TROUBLE IN TAHITI

Opéra en un acte de Léonard Bernstein  Musique et Livret du compositeur

Dinah : Sophie Marin-Degor
Sam : Laurent Deleuil
Le trio : Pascale Sicaud Beauchesnais – Lionel Peintre – Antoine Normand

Trouble in Tahiti explore les aléas de la routine conjugale d’un couple de la middle-class américaine, sous le regard d’un trio de commentateurs, dans un langage proche des revues de Broadway.
Mon petit mot

Il y a d’abord le plaisir de retrouver le travail de mise en scène de Catherine Dune, découverte l’année dernière dans : La voix humaine et L’heure espagnole  et de retrouver des chanteurs appréciés dans d’autres productions tels  Sophie Marin-Degor ou Antoine Normand et celui enfin de la découverte de deux oeuvres dont je n’avais jamais entendu parler avant cette saison!

Première partie, Guitry, tout en légèreté, ses jeux de mots, son regard inimitable sur la société, et déjà un petit côté Broadway dans la scénographie, chapeau, canes, claquettes…
Un décor astucieux, dont plusieurs éléments serviront de lien entre les deux pièces, on rit, les chanteurs sont de parfaits acteurs, une distribution très homogène, un petit air qui continue à trotter dans la tête à l’entracte… bref, un lever de rideau réussi!
photo

Et puis ensuite, avec Trouble in Tahiti, on bascule dans un autre monde. Une Amérique aseptisée, type Ken et Barbie, qui cache mal ses failles et ses échecs.
Le couple se délite, la communication devient impossible, le choeur souligne avec à propos le décalage entre les apparences « vie idéale » et la réalité.
La nouvelle scénographie est efficace, on est ailleurs, la musique fait mouche, tout en décalage elle aussi, du swing à l’émotion.
Bref, une très belle découverte!

Si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à aller voir!

 

Catégorie autre spectacle pour le

6 commentaires

  1. Exact, superbe mise en scène!!! Les Ken et Barbie au début et à la fin comme sur un gâteau de mariage, c'est TB comme idée. Desperate housewiwes avant l'heure, ça fait mal au coeur. Vraiment deux belles découvertes!(et Ossonce en invité!)

Laisser un commentaire