Mariages de saison Jean-Philippe Blondel

Mariages de saison Jean-Philippe Blondel

Buchet-Chastel 2016

Juillet 2013 en province. Comme chaque été, Corentin retrouve, au côté de son parrain, Yvan, son emploi saisonnier de vidéaste de mariage.
Mais à vingt-sept ans, il est temps de faire des choix, amoureux tout autant que professionnels. Corentin a devant lui cinq mariages et aucun enterrement pour trouver sa voie.
Mariages de saison Jean-Philippe Blondel

Mon petit mot sur Mariages de saison Jean-Philippe Blondel

 
 
D’abord, il y a le plaisir de retrouver la plume de  Jean-Philippe Blondel que j’apprécie beaucoup, son analyse de la psychologie de ses personnages, les petits riens du quotidien de cette petite ville de province, sa façon de dépeindre ces mariages, de saisir les liens, les couleurs, les espoirs, les désillusions, les rancunes, les jalousies, les petites phrases, les tensions, de la belle-mère au curé, en passant par la coiffure de la mariée ou le buffet… comme ce fameux vidéaste…
Par la plume, l’auteur nous transporte donc au sein de ces noces, comme si on n’y était… et pour certaines, on préfère ne pas avoir été invités!
 
 
Et il y a la surprise de découvrir un roman à la tonalité bien différente des précédents, moins tragique. Un voile du sucre de la pièce montée semble recouvrir le tout…. mais dès qu’il se soulève, la noirceur de la vie réapparait… mais le jour du mariage, on y croit, ou l’on fait semblant, et parfois l’optimisme perdure… Une belle analyse de plusieurs couples, des concessions, des renoncements, de la passion…
C’est aussi un bel hommage à l’amitié, à la fois drôle et touchant.
 
 
Un roman entre tendresse, nostalgie et espoir, qui donne envie de prendre ces fameux instants pour s’ancrer dans le sol, arrêter un instant la course folle en avant, et réfléchir à ce que l’on veut vraiment.
 
 
Bref, un bien joli texte !
 

4 commentaires

  1. […]  » Je vous ai accordé une salle. Une salle, vous savez, ça n’a pas de prix. C’est la 229, bâtiment G. G229. Allez chercher la clé chez la concierge. Bon, je crois que cet entretien est terminé. Nous nous croiserons souvent désormais. Bienvenue ici.  » Je remercie le proviseur, mais il ne m’écoute déjà plus. Un proviseur, ça a beaucoup de choses à penser. ..Jean-Philippe Blondel est professeur d’anglais. Autant dire qu’il sait de quoi il parle, et il en parle fort bien.En tant qu’enseignante moi même, le regard porté sur ce titre est forcément subjectif et ce livre m’a à la fois énormément touchée et fait du bien.Oui, cela fait du bien de porter un regard positif sur ce métier!Rien n’est rose pourtant dans ce que va vivre ce jeune prof, et il va même être confronté à des situations parfois tragiques, de celles que l’on espère ne jamais avoir à vivre.Mais il y a toujours une note d’espoir, de tendresse, d’humanité qui fait repartir pour une nouvelle année scolaire… A lire par les enseignants pour se dire ‘je ne suis pas seul » et sourire aux détails vécus (du rétroprojecteur à la salle des profs..) tout en étant touché , à lire aussi et surtout par les autres pour mieux comprendre ce qui se passe une fois la porte refermée.D’autres lectures du même auteur ici La Grande Escapade Jean-Philippe Blondel  Mariages de saison Jean-Philippe Blondel […]

Laisser un commentaire