Site icon Tours et culture

Le Garçon qui ne parlait pas de Donna Leon

 février 2015. Traduit par Gabriella Zimmermann

Mon petit mot

Impossible d’envisager le challenge italien sans une petite promenade à Venise sur les traces de Brunetti!

Bon, je l’avoue tout de suite, j’ai été gênée à plusieurs reprises par la traduction, pas très fluide,  et j’aurais bien lu dans les débuts quelques pages en diagonale avant de me prendre au jeu de l’enquête.

Mais le charme de Venise est toujours là, ce charme un peu décrépit, entre corruption de fonctionnaires , dégâts environnementaux, il y a toujours de quoi faire hélas!
Une lente balade automnale dans la cité, un engourdissement la gagne peu à peu, et les premiers frimas font ressortir bien des travers humains.  Mais Brunetti est loin pour s’élever contre le silence et l’injustice, et ne pas fermer trop vite le rideau au dessus de cette mort à priori naturelle.
Et  puis, pas après pas, l’enquête se complexifie, les rouages familiaux se démêlent, on est cette fois au coeur d’une famille, d’un drame de l’intime, entre religion et cupidité… humanité, tout simplement…

Et puis la cuisine italienne est toujours présente autour de ce commissaire qui n’oublie pas de passer à table, bref, l’essentiel est sauf!

Et Venise à l’automne, cela doit être magnifique aussi…
pour nous c’était eu début du printemps, et c’était magique!

Quitter la version mobile