Site icon Tours et culture

IL FAUT QU’UNE PORTE SOIT OUVERTE OU FERMEE

IL FAUT QU’UNE PORTE SOIT OUVERTE OU FERMEE, vu au festival d’Avignon

Théâtre de l’ARRACHE-COEUR 21h

IL FAUT QU’UNE PORTE SOIT OUVERTE OU FERMEE #off14 Musset Andreani Lemaire Festival d’Avignon 2014

Précédé de : La clef du grenier d’Alfred  de et mis en scène par Isabelle Andréani

Nous sommes en septembre 1851, la servante et le cocher d’Alfred de Musset pénètrent dans son grenier pour récupérer les harnais du coche, mais la découverte de textes inédits, le récit d’anecdotes piquantes vont les conduire à jouer eux même « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée » et se déclarer de façon singulière leur amour.

Avec : Isabelle Andréani et Xavier Lemaire
Mise en scène : Isabelle Andréani
Décor : Isabelle Andréani et Xavier Lemaire / Costumes : Rick Dijkman / Lumière : François Eric Valentin

L’année dernière, un de mes coups de coeur du festival off avait été: 

Qui es-tu Fritz Haber ? Claude Cohen Isabelle Andréani, Xavier Lemaire
 

aussi, dès la première lecture du programme de cette année, j’avais repéré le nom d’Isabelle Andréani et Xavier Lemaire et coché « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »!

Quelle bonne idée, et quelle belle soirée!

D’abord, une très belle première partie, dans ce grenier plus vrai que nature.
Le « prologue » permet de mieux connaître Alfred de Musset, et d’entendre quelques lignes de ses plus grandes oeuvres, ou de sa correspondance avec George Sand…   et de faire le plein de bonne humeur!

Puis le Musset en tant que tel,  on change de catégorie sociale, mais on ne perd pas le charme.
Je ne connaissais pas ce texte, il mérite vraiment d’être vu / lu, de savoureuses répliques entre les deux protagonistes, pour une belle déclaration d’amour… 
On en sort léger, et désireux de replonger dans l’œuvre de Musset et dans celle de Georges Sand…

Les deux interprètes sont au diapason, une petite bulle à conseiller sans hésiter dans la frénésie du festival! 

Bref, un nouveau coup de coeur du off grâce à cette compagnie des Larrons… et ce ne sera pas le dernier, puisqu’il y eut le surlendemain Les coquelicots dans les tranchées... autant dire que ce sont des noms que je continuerai à suivre avec attention!

Quitter la version mobile