Loches cité royale et ville basse

Profitant de l’exposition Costumer l’histoire à la cité royale de Loches,à laquelle j’ai consacré 3 articles ,  quelques photos de cette belle ville du sud Touraine, depuis la terrasse de la tour Louis XI

Les rues qui longent les remparts

des remparts encore bien conservés

le donjon

en direction de la collégiale Saint-Ours

La terrasse, vue de la cour du donjon, avec le ciel bleu revenu!

direction ensuite le logis royal

avec la tour Saint-Antoine au loin

logis royal Loches

Quelques infos historiques au passage

Édifiée sur un long éperon rocheux, le long de l’Indre, la place forte de Loches a été utilisée depuis au moins le 6e s.
 Les comtes d’Anjou puis Henri II Plantagenêt la fortifièrent jusqu’à ce que Saint-Louis la transforme en résidence royale après 1249. De cette époque médiévale demeurent aujourd’hui d’imposants monuments comme la Porte Royale (11 e s.), l’ église St-Ours (où se trouve désormais le tombeau d’Agnès Sorel) , le château (14 e-15 e s.) où vécut et fut enterrée la maîtresse de Charles VII, Agnès Sorel (1422-1450), et qui accueillit Jeanne d’Arc,
Le château et la collégiale Saint-Ours
ou encore le magnifique donjon (remarquable par ses dimensions : 36 mètres de hauteur) élevé au 11 e s. par Foulques Nerra.
Parfait exemple de l’architecture militaire réalisée en Occident, la forteresse du XIe siècle est transformée en prison royale au XVe siècle par Louis XI. Elle abrite les cachots de Philippe de Commynes (reconstitution de la cage de bois bardée de fer), du Cardinal Balue et du Duc de Milan Ludovic Sforza, qui exécuta des peintures murales pendant sa détention.
Loches
 l’ensemble monumental de Loches vu depuis l’Indre : de gauche à droite en haut : donjon, église St-Ours, et  château du 14 e-15 e s
 vue aérienne ici :
dans la ville basse,la Tour Saint-Antoine
 Ancien clocher d’une église qui faisait aussi office de beffroi de la ville. La Tour Saint Antoine culmine à 52 mètres. Construite entre 1529 et 1575, elle est le seul beffroi Renaissance de Touraine

en descendant dans la ville basse, les têtes sculptées de cette tour saint-Antoine, vues d’en bas

La porte des Cordeliers

 La porte des Cordeliers Loches

Ouverte au XVe siècle dans la troisième ceinture de remparts de la ville, la Porte des Cordeliers était munie de deux ponts-levis franchissant le bief de l’Indre.  Son nom lui vient de la proximité du couvent des Cordeliers (Franciscains).

En descendant dans la ville basse, n’oubliez pas les fameux tableaux :

Caravage et Loches
Caravage et Loches suite!

ainsi que la visite de la chancellerie avec une exposition qui présente l’historique de la ville

L’hôtel de ville et la La Porte Picois


 La même chose, vu peu de temps auparavant depuis la cité royale, avec au fond l’ancien palais de justice

les ruelles historiques du centre ville

l’Indre

Bref, une ville à découvrir!

6 commentaires

  1. Bonjour Eimelle, tu as bénéficié d'un très beau temps. Tout c'est mieux. Je crois me rappeler que j'ai visiter Loches il y a plus de 30 ans. Tes photos donnent envie d'y retourner. Bonne après-midi.

Laisser un commentaire