Site icon Tours et culture

l’aiglon opéra de Tours Séchaye Ossonce Auphan

«L’Aiglon» de Jacques Ibert et Arthur Honegger

Livret d’après la pièce d’E. Rostand, adaptée par H. Cain
Le Duc de Reichstadt Carine Séchaye
Séraphin Flambeau Marc Barrard
Le prince de Metternich Franco Pomponi
Le maréchal Marmont Benoît Capt
Frédéric de Gentz Michael Chapeau
L’attaché militaire français Florian Cafiero
Le chevalier de Prokesch-Osten Ronan Nedelec
Thérèse de Lorget Cloé Chaume
Marie-Louise duchesse de Parme Marie Karall
La comtesse Camerata Julie Girerd
Fanny Elssler Katarina Simon

Orchestre de Chambre de Lausanne
Chœur de l’Opéra de Lausanne dirigé par Véronique Carrot

Direction musicale : Jean-Yves Ossonce
Mise en scène Renée Auphan,
D’après la production de Patrice Caurier et Moshe Leiser
Décors : C. Fenouillat
Costumes A. Cavalca Ruiz

L’aiglon et Metternich (Franco Pomponi)

Quelle belle fin de saison au grand théâtre de Tours!
J’avais déjà brièvement évoquée cette production à l’occasion de la journée portes ouvertes à l’opéra où nous avions pu assister à trois répétitions de cette œuvre : orchestre, mise en scène et chant, une sorte de découverte en « kit », qui laissait présager le meilleur pour la suite, et effectivement, le spectacle final fut à la hauteur!
Voix, diction en français, jeu des chanteurs, décors, costumes, mise en scène, musique, rien à dire, à part, bravo !

Bref, il reste deux représentations, dimanche et mardi, si vous avez l’occasion, n’hésitez pas!

Un spectacle en provenance de Lausanne avec une distribution identique en partie et la direction de Jean-Yves Ossonce dans les deux cas : http://www.forum-opera.ch/actualitesplushonegger.html#suite

Le final de chaque acte est particulièrement fort, crescendo et émotion au programme , portée par une Carine Séchaye tout autant comédienne que chanteuse, parfaitement bien entourée, efficace!

Et un spectacle qui donne également aussi envie de se replonger dans les livres d’histoire, autour de ce jeune Aiglon au destin tragique .

Et on ne peut bien sûr pas ne pas évoquer la création de la pièce avec Sarah Bernhardt dans le rôle titre :
L’Aiglon est un drame d’Edmond Rostand représenté pour la première fois à Paris, au Théâtre Sarah Bernhardt, en 1900.
.

Théâtre Sarah Bernhardt, 15 mars 1900

et la voix si particulière de celle qui avait interprété l’Aiglon au théâtre en 1910

une série de cartes postales éditées pour l’occasion (dossier très riche sur gallica)

Quitter la version mobile